Menu

The best men can be, part 2, ou l’utilité des hommes pour le féminisme

Cher homme,

Je t’écris encore, maudit chanceux! À ce rythme-là, tu vas venir à mon prochain party de Noël!

Tu t’en doutes, j’avais encore des choses à te dire au sujet du féminisme et de toi. La dernière fois (The best men can be, ou l’utilité du féminisme pour les hommes), je te présentais ma vision incomplète de ce que peut t’apporter le féminisme. Ici, je te demande plutôt de considérer ce que toi, en tant qu’homme, tu peux apporter au féminisme, tant pour les autres hommes que pour les femmes et, si tu as envie d’être un super allié, pour les personnes non binaires.

Pour l’occasion, j’ai réfléchi à 5 conseils pour être une personne alliée hors pair, imagés avec des métaphores de super-héros, que j’adore pour décrire le féminisme.

  1. Auditionne pour le rôle de Robin, pas de Batman ni de Joker.

Ça, c’est la grosse base. Si tu veux t’allier à une lutte alors que le système contre lequel les gens se battent te favorise, accepte que tu n’es pas la personne la mieux placée pour comprendre la situation et, par conséquent, que tu n’es pas le héros de l’histoire. Batman lui-même l’a reconnu et a cédé sa place sur l’affiche de cinéma à Wonder Woman. Choisis quand même le côté des gentil.les; lutter contre l’équité, ça peut te rendre populaire comme le président des États-Unis, mais tu nuis quand même au bien commun.

  1. Rends-toi aussi utile qu’Alfred Pennyworth (le majordome de Batman).

Ça, c’est ta responsabilité de réfléchir. Pose-toi des questions avant d’agir, et après, informe-toi – avec Internet, tu n’as aucune excuse pour ne pas savoir ce qu’est une personne cisgenre, pansexuelle ou two-spirits, le patriarcat ou l’état des iniquités salariales. Ça te permettra d’échanger avec Wonder Woman – sans lui dire quoi faire, car tu sauras que c’est du mansplaining.

  1. Projette la bonne nouvelle comme Batman illuminait le ciel nocturne avec son signe de chauve-souris.

C’est le moment où tu agis comme l’excellent acolyte que tu peux être. Dans ton entourage, qui n’est pas toujours accessible aux super-héros – genre le parc McDonald est accessible à Robin, car il a moins de 12 ans, mais Batman ne peut pas y jouer -, tu peux transmettre le message divin qui vit maintenant en toi. Par exemple, tu peux dénoncer les blagues homophobes ou sexistes de tes ami.es, corriger ton oncle raciste dans les soupers de famille ou inciter ton employeur.se à organiser le prochain 5@7 des employé.es dans un lieu accessible aux personnes à mobilité réduite.

  1. Suis le conseil d’Uncle Ben : « With great powers come great responsabilities. »

Ça, c’est la leçon d’humilité et de persévérance. Quand quelqu’un te reprendra sur ta lutte pour l’équité, admets tes torts et tente de ne pas les reproduire. Si tu mégenres la première politicienne québécoise trans, excuse-toi et poursuis la discussion avec le bon pronom. Si tu dis que ton examen t’a « violé » et que tu réalises en cours de route que l’expérience de ton évaluation ardue n’est aucunement comparable à celle d’une personne violentée, reprends ta phrase en employant un terme comme « fait chier » ou « surpris.e par son niveau de difficulté » et tente d’éviter de répéter ton erreur. Accepte ton imperfection, car aucun.e militant.e n’est parfait.e.

  1. Reconnais que l’enfance de Joker était traumatisante mais que ça ne justifie pas sa vilainerie.

Ça, c’est la compréhension des gens qui luttent contre l’équité, mais sans les excuser. C’est probablement le conseil le plus difficile à suivre. On voudrait tous et toutes que Joker soit né méchant pour le haïr ben comme faut, tout comme on voudrait que Batman n’ait jamais d’écarts, mais tout n’est pas noir ou blanc. Souviens-toi que tu as déjà trouvé Joker cool avec son veston mauve avant de réaliser qu’il s’attaquait à des personnes innocentes. Ça t’aidera à convaincre d’autres personnes que Wonder Woman, c’est l’héroïne de l’histoire.

Et là, j’avoue bien humblement ne pas avoir la vérité infuse dans la définition du rôle d’un homme allié du féminisme, ni dans les métaphores super-héroïques.

Mon guide est clairement imparfait et peut être négocié et critiqué. Mais il est déjà l’ébauche d’une réponse à tous ces hommes qui se sentent exclus du féminisme, à toutes ces personnes qui se sentent impuissantes face à une lutte qui n’est pas la leur.

Tu es utile et tu peux faire quelque chose. Choisis ta définition de « the best you can be » et essaie de t’en rapprocher un peu plus chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de