Menu

6 choses impossibles, avant le petit-déjeuner

« Sometimes, I believe in as many as 6 impossible things before breakfast. » – Alice Kingsley

Tous les matins, je m’efforce de croire à 6 choses que je crois impossibles. Tous les matins, ces 6 choses ne sont pas les mêmes. Tous les matins, je n’y parviens pas. Certains jours, j’imagine des choses plutôt farfelues, et parfois je me concentre à m’auto-motiver.

Si Lewis Carroll a su rendre cette réplique d’Alice aussi populaire et iconique, c’est probablement qu’elle cachait un peu plus qu’une phrase enfantine sans réel impact. Et si, en effet, elle cachait une des plus belles notions de pensée positive? Une des plus belles notions de retour sur nos désirs et sur notre imagination.

Et si tous les matins, tu te levais en pensant à ces 6 choses impossibles auxquelles tu aspires si fort? Et si un matin, quand le ciel est trop lourd, ce que tu crois impossible serait de passer une journée douce? Pourquoi ne t’exercerais-tu pas à croire que cette journée sera douce, agréable et tellement surprenante?

Tu vois, j’ai toujours eu une imagination très fertile. Quand j’étais jeune, mes cousines ont réussi à me faire croire à un monde de fées et de lutins derrière chez mes grands-parents paternels. Plus de 10 ans plus tard, j’ai toujours dans ma tête les souvenirs de ces lutins, que j’étais vraiment persuadée de voir. Encore aujourd’hui, j’ai de la misère à croire qu’ils n’étaient pas réels, qu’ils n’étaient pas tangibles, tellement mes souvenirs sont clairs et mon imagination les avait rendus réels. L’imagination est si fertile quand on est en jeune âge, que l’on peut s’attarder à quelconque idée et la rendre réelle, seulement par la force de la pensée et des efforts. On peut se bâtir des mondes entiers rapidement, et puis, un jour, les laisser tomber complètement.

Et si Alice avait compris toute jeune que ce qu’elle voulait avoir, elle pouvait l’avoir en s’exerçant à y croire du plus profond d’elle-même? Et si, même si, au bout du compte on n’obtient pas tout ce qu’on s’exerce à croire, ça nous faisait du bien, pendant un moment, de s’imaginer en parfait contrôle de cette chose que l’on considère incontrôlable? Pendant un moment, s’imaginer que le soleil brille si fort dehors que la neige allait fondre plus rapidement…

Et si, par chance, la chaleur dont on avait besoin dans nos journées se trouvait au fond de nous-même et de notre imagination? Serait-on bien malheureux de s’en passer?

Source photo de couverture: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de