Menu

Des touristes et des êtres humains

Voyager, prendre des vacances, partir… tout ça, c’est cool, MAIS! C’est aussi une position privilégiée que celle d’être en séjour de loisirs. Avoir un passeport, c’est un luxe. Prendre l’avion, c’est un luxe. Et donc, même voyager pas trop loin en backpack, avec un petit budget dans une auberge de jeunesse, c’est un luxe. On part trop souvent en rêvant à ce que nous on va vivre et non à ce qu’on va faire vivre à notre terre d’accueil.

C’est facile d’être un mauvais touriste. La bonne nouvelle, c’est qu’on a le choix.

Un touriste responsable

Prendre l’avion avec ma paille et ma bouteille d’eau en stainless. Avoir avec moi des ustensiles portatifs en bambou et un plat rétractable, des mouchoirs en tissu et un sac réutilisable. Des choses que j’utilise au quotidien, mais que je n’aurais auparavant pas placées à coté de mon maillot de bain dans ma valise. Et pourtant… réduire son empreinte environnementale, ça s’applique partout! Il faut donc prévoir bagages, déplacements et hébergements en pensant à l’impact qu’on veut/peut avoir sur le lieu visité. Ne pas prendre de paille au Deux22, mais te descendre 18 mojitos avec pailles et parasols dans des verres en plastique à Cuba… ça fait chuter ta cote écolo, admettons. Bang bang, les tortues!

Un touriste équitable

C’est une notion à laquelle je suis sensibilisée quand je fais mes achats au Québec. Je priorise de plus en plus et autant que possible le local et l’équitable et j’ai trouvé fort intéressant d’appliquer cette forme de consommation à l’étranger. Effectivement, c’est une façon efficace de générer des retombées sur l’économie locale et ainsi d’être une touriste qui influence positivement l’économie. T’sais, ramener des bracelets du Mexique pour lesquels l’artisan n’a pratiquement rien reçu, ou encore, qui sont faits en Chine… bah, non! Visiter des boutiques locales en dehors des sentiers touristiques est aussi très fascinant!

Un touriste humain

J’apprécie tellement les touristes en visite chez nous qui font l’effort de prononcer « bonjour, s’il vous plait, merci ». C’est une façon charmante d’établir le premier contact et une forme de respect pour l’hôte. Le tourisme a beau être un secteur de l’économie fleurissant qui réside sur la découverte et la satisfaction des visiteurs, le touriste n’est pas « chez lui ». Il me parait donc vital qu’il s’éduque et qu’il s’accoutume. Je m’accoutume, tu t’accoutumes… Tu voyages dans un pays où tout le monde se dit bonjour? Dis bonjour à tout le monde alors! GO!

***

Je suis revenue il y a deux semaines déjà. Je n’ai pas regardé mes photos de voyage encore. Pourtant, elles sont à portée de main, dans mon iPhone. C’est la première fois que je reviens d’ailleurs avec autant d’images dans ma tête. Une accessibilité à des souvenirs beaucoup plus riches que mes selfies et mes images de plages. Un sentiment qui réchauffe et des couleurs gaies, des saveurs pimentées et des accents espagnols. J’ai ramené de voyage une forme de liberté. De l’espace dans ma tête. Je suis convaincue que c’est dû au fait que j’ai voyagé autrement. De façon plus responsable, plus équitable, plus humaine. J’étais touriste, mais avant tout humaine.

P-.S. – Tu voulais savoir d’où vient mon plat rétractable qui se traîne partout et qui est TROP pratique pour emporter son déjeuner sur la plage? Ben voilà, c’est ICI!

voyager responsable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de