Menu

Journal d’une étudiante endettée

Je n’ai pas d’argent, holy hell que je n’ai pas d’argent. Je ne sais pas pour toi, mais je suis rendue à un stade de ma vie où je cherche dans mes poches de manteaux que je n’ai pas portés depuis 2016 pour voir s’il ne resterait pas un peu de bidous dedans. Malheureusement, je suis aussi chanceuse que lorsque je gratte avec vigueur un LOTO-QUÉBEC, c’est-à-dire, je ne suis pas gagnante, mais pas pantoute. Les milléniaux me disent que leur vie ressemble pas mal à ça aussi, du moins ceux que j’ai croisés aux études. Je pense que c’est ça, le pire : je suis une fille de 23 ans avec plus de dettes que de paires de bas, et crois-moi, des bas, j’en possède un tiroir bien rempli. Mais revenons au pire, le pire des pires, encore pire que mes dettes. Ces dettes-là, je les ai généreusement accumulées en étant nouvellement inscrite dans un programme à l’université, et je ne suis même pas sûre de vouloir le terminer.

Et toi? Es-tu dans une situation semblable à la mienne, genre tu penses que tu te gâtes quand tu dépenses pour un café? Stresses-tu chaque fin de mois quand tu penses au loyer et à la facture de cellulaire que tu devras payer? Si oui, je vais te donner un conseil, parce que maintenant je suis rendue une experte : brûle tes vêtements, lâche l’école et pars sur le pouce en Californie. LÂCHE PRISE. Bon, je le sais, on me le dit souvent, mon humour est alarmant. Ce que j’aimerais que tu retiennes, c’est que tu n’es pas tout seul·e, pris·e avec ton manque de billets. Je dirais même qu’on est beaucoup à quêter nos parents ou à se trouver des side jobs pour que l’argent pousse dans nos arbres de salon. Mais on dirait que ce n’est pas toujours aussi facile.

Mon petit/ma petite, décourage-toi pas, parce que des jours plus verts de billets sont devant nous. Je suis persuadée que la misère étudiante, c’est juste un passage qui, au final, est bénéfique pour apprendre à mieux gérer son argent et son temps. Je le sais, je sonne comme un vieil oncle à Noël qui fait la morale, mais au fond, ce sont de belles paroles pleines de sagesse. Alors, vas-y, fonce, ne ménage pas les économies, et de temps en temps, va donc te le payer, ton café à 5 $, pour te récompenser de tout ton couponnage. Tu as moins d’argent, mais profites donc encore du fait que t’es vivant·e. L’argent, finalement, ce n’est pas toujours ce qui va augmenter ton indice de bonheur; au contraire, c’est juste de la valeur monétaire.

Source: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre