Menu

Arrête de te comparer

Quand on s’compare, on s’console. Comparer des pommes avec des oranges, comparer la grosseur de vos quéquettes.

Cette tendance maladive à toujours se foutre le nez ailleurs. À s’imaginer que.

T’auras beau essayer de m’prouver que ta pomme rouge « cric », « crac », croque et que ton orange orange coule et coule à flots, ça reste deux fruits.

Tu sais quoi?

T’es ça, toi aussi.

J’dis pas que t’es une pinte de jus. J’pas conne. La seule fois où t’as eu l’air un peu « Tropicana », c’est à Cuba, à l’hiver 2005. Orange, orange orange.

Anyway.

J’dis juste que c’est pas bon pour la santé de se comparer.

Mais on l’fait pareil.

On s’compare à Pat, qui s’est poussé en Italie et s’est bâti un vignoble.

On s’compare à Greg pis Sophia, qui ont l’air full heureux ensemble.

On s’compare au gars qui a une grosse maison, un beau char et son cabinet médical.

C’que j’dis, c’est qu’au final, ce monde-là… c’est du monde! Des humains qui pètent, qui rotent et qui chient.

C’t’une gang de fruits avec leur p’tit noyau unique dans une grosse salade.

Tu sais que ça goûterait pas pareil si t’étais pas là?

T’as ton rôle, t’sais.

Je le concède.

Les technologies offrent de quoi se comparer sur un plateau d’argent.

Ça peut devenir hyper complexant de voir c’qui se passe autour si t’es pas heureux ou heureuse avec c’qui s’passe dans ta cour.

C’est un travail de longue haleine de trouver ton compte dans ta propre vie. De trouver du plaisir.

Du vrai plaisir, j’parle. Pas du plaisir de secondaire 3 à tes cours de piscine. Ark.

On est pas tout l’temps outillé.e pour se créer l’même genre de vie que l’autre avec ses raisins en Italie.

Mais banalise pas ton histoire, elle a pas demandé ça.

Ajoutes-y tes mots, un chapitre à la fois.

Crédit photo de couverture (libre de droit) : @thosefoxes (Catherine photo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de