Menu

Pourquoi tu ne devrais pas cesser de t’obstiner

Elle est un peu tannante, parfois, cette personne qui te contredit. Elle n’a pas le même avis que toi, elle te demande pourquoi tu penses ainsi. Elle t’explique son point de vue. Certain·es vont se fâcher de ne pas se faire comprendre… ou de ne pas se faire donner raison.

Quand on y pense, notre monde est un peu comme une bulle. Je m’explique : on peut être convaincu·e, par exemple, que la pilule fat burner miracle que l’on a acheté en ligne est le Saint Graal. En deux temps, trois mouvements, les publicités reliées à cet achat fusent de partout, nous mènent à cliquer sur de multiples liens ou vidéos, et voilà que notre univers gravite maintenant autour de ce que nous consommons. Les algorithmes ne sont pas fous, ils te mettent en pleine face ce que tu as envie de voir. Ils te réconfortent et te font comprendre que tu fais la bonne chose. Arrive ensuite ton amie, fan de santé naturelle, ne jurant que par le jus de céleri (bio). Elle regarde les ingrédients du produit, et te demande si tu t’es renseigné·e sur les édulcorants et les colorants artificiels, ou si tu es certain·e que le site où tu as passé ta commande était fiable.

Comment aurais-tu pu lire sur les mauvais côtés de ce que tu considères comme bon? À moins d’avoir sciemment décidé de le faire, ce n’est sûrement pas les réseaux sociaux qui auraient pu te prévenir. Vient maintenant le petit côté défensif qui te pousse à défendre tes convictions. Même si tu lui vantes tes gélules pendant trente minutes, il n’en demeurera pas moins que ton amie aura semé en toi un petit doute. Une incertitude qui va te faire googler « édulcorants », ou qui te fera prendre rendez-vous avec ton pharmacien (en ce qui a trait à la santé, rappelons-nous qu’Internet n’est pas la référence!).

Et ça, c’est magnifique. C’est le bonheur de s’obstiner. C’est chaque altercation qui fait de toi une personne plus avertie ou éduquée. Quand tu arrêtes de t’obstiner, tu arrêtes de confronter des valeurs ou des idéologies qui ne sont pas les tiennes. Tu arrêtes d’apprendre. Parfois, nos ami·es partagent notre point de vue et nous ressemblent, ce qui peut rendre complexe la tâche de sortir et de voir plus loin que sa propre mentalité. On intègre des groupes sur Facebook, nos discussions vont toujours dans le même sens, et avant même qu’on puisse s’en rendre compte, nous voilà profondément enfoncé·es.

Dernièrement, la célèbre Youtubeuse australienne Bonny Rebecca a annoncé qu’elle n’avait plus une alimentation végane. Les commentaires se sont rapidement rempli de haters qui la blâmait de ne pas avoir de compassion ou d’être cruelle. Pas assez de gens se sont questionnés sur le pourquoi ou sur sa maladie auto-immune.

Ne jamais voir l’autre côté de la médaille, ça apporte de la haine et de l’intolérance.

Demandons à un supporter de Trump de longue date ce qu’il pense des cultures latines. Offrons-lui ensuite une place dans une pauvre famille mexicaine pendant plusieurs mois, peut-être que sa vision changera.

Bref, non, je n’arrêterai pas de m’obstiner, parce que ça voudra dire qu’à ce moment-là, je serai seulement au contact de gens en accord avec moi. Et la vie sera devenue plate. C’est notre diversité d’opinions qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Ça prend tout de sorte de monde pour faire un monde, comme on dit!

Crédit photo: Steve Johnson
Source: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de