Menu

À toutes les femmes en colère, libérez-la et parlez-en.

Libérer la colère ce n’est pas juste un livre, c’est un projet. C’est un collectif de femme. C’est un regroupement de toutes les raisons que l’on a d’être en colère. À la base, elles étaient deux. Geneviève Morand et Natalie-Ann Roy croient que la colère des femmes est nécessaire et cette dernière se doit d’être enfin acceptée. Elles ont donc décidé de rassembler des témoignages, des réflexions et des frustrations d’auteures venant de plusieurs réalités différentes, mais ayant un point commun : être une femme en colère. On y parle autant du mouvement #metoo, de racisme, d’oppression, de cacher la colère et des réactions face à notre colère. On y parle de femmes, on y parle de Nous.

Lorsque j’ai eu fini de le lire, une seule envie m’habitait, me fâcher moi aussi. Libérer ma colère, cette colère-là qu’on me dit depuis que je suis toute petite de cacher. Parce qu’une femme qui se fâche c’est une folle. Une femme qui ose se révolter cherche seulement à faire du trouble. Une femme doit être silencieuse, elle doit être calme, elle se doit de ne rien dire.

Donc je vais vous parler de ma colère, celle dont je veux vous parler s’accumule depuis mon premier cours d’éducation physique au cégep. Lorsqu’on a dû répondre à la fameuse question : « êtes-vous sportif? » Là, c’est le moment où les gars ont le droit de dire oui sans se faire poser de questions, mais nous, les filles, si on dit oui on se fait poser une deuxième question : « Ah oui? Tu pratiques quoi comme sport? » Une prof a même déjà dit « Tu sais que promener ton chien ce n’est pas un sport donc les filles qui font ça en pantoufle le dimanche matin ne me dites pas que vous êtes sportives. » Je ne te niaise même pas. Bref, ce qu’on me disait était qu’en tant que femme, je ne savais pas c’était quoi faire du sport et je n’en faisais pas pour vrai : c’est le message qu’on essayait de me dire.

À toutes les femmes en colère, libérez-la et parlez-en. Que ce soit parce que vous êtes tanné de devoir suivre les règles, que ce soit parce que vous êtes tannées d’avoir vos règles, que ce soit parce que vous voulez vous battre pour un monde où femme et homme ne seront plus séparés par tant de préjugés, que ce soit parce que votre salaire est mieux que celui de votre chum et que ça blesse sa masculinité ; toutes les raisons sont bonnes!

Fâche-toi!

Photo de couverture: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre