Menu

Réseaux sociaux : ces fous des commentaires

Gandhi a déjà déclaré :

« Kek’part entre 2013 et 2025, grâce aux doigts qui nous brûlent, nous améliorerons le monde, un commentaire à la fois ».

Not.

Il est criant, ce besoin de tapocher sur l’clavier et d’envoyer son idée au monde entier.

S’exprimer et/ou exprimer son opinion, c’est parfait. Avoir des discussions, c’t’important.

Mais le faire avec autant d’passion, par le biais des réseaux sociaux

Écoute.

T’es capable de t’mettre un filtre de chien devant la face. Utilise-le comme du monde, d’accord? Jamais vu ça, moi, un chien qui parle.

Commentaires haineux, gratuits, opinions personnelles, messages de paix qui passent dans l’beurre, adultes qui braillent plus fort que leurs propres enfants, gags douteux…

Et c’est les dinosaures qui disparaissent en premier!

On est libre de s’exprimer, mais vous me faites pitié de le faire dans la connerie.

Y’a une publicité de biscuits qui passe sur Facebook et vous réussissez à commenter la fois où vous vous êtes retrouvés à l’hôpital pour une pépite de chocolat coincée dans l’nez.

Mettons là, mettons. On parle pour parler. À quel point ces commentaires-là, pigés un peu partout, DEVAIENT voir le jour?

Je cite :

« Wow entk en prenant 120 livres elle a trouvé la bonne façon pour ne plus jamais se faire écoeurer sexuellement »

Allez prendre un café, elle pourra vous dire si ça marche!

« Tellement inutile comme émission »

Et grâce à votre incontrôlable besoin de commenter, un aveugle a retrouvé la vue. ÇA, c’est utile. La fondation Mira vous remercie du fond du cœur.

« Est-ce qu’on peut tourner la page? Il a eu sa sentence et c’est correct! Arrêtez de mettre du gaz sur le feu… Vous cherchez quoi exactement? »

Et toi, tu cherches quoi exactement? Les gens ont tellement considéré ton opinion qu’il y a eu 1017 commentaires supplémentaires sous la publication. Entre ça pis un fantôme…

Sauf peut-être blesser quelqu’un pour vrai, vous ne changerez rien. Pas sur les réseaux sociaux, du moins.

Comme si le like, le cœur ou l’emoji qui rit aux larmes vous étaient nécessaires. Vitaux.

C’est le p’tit collant que vous ne recevez plus à côté d’un devoir réussi.

Approbation éphémère.

Je sais que je n’apprends rien à personne.

C’est juste que j’essaie de dealer avec c’qui m’entoure et j’en suis aussi capable que de marcher sur l’eau.

Nous améliorerons le monde, un commentaire à la fois. Lol.

Place tes énergies ailleurs. Rien de gros, juste un peu plus dans le concret.

Pense à ça avant d’peser sur Enter.

Source photo de couverture : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre