Menu

Faire son coming out, encore et encore

Ça te chatouille la tête pis l’ventre depuis longtemps. Trop longtemps.

T’as eu ton premier signe quand tu t’es sentie jalouse d’Aladdin.

C’parce que toi aussi, Jasmine, tu la ferais voler sur ton tapis en la frenchant pis toute. Tu serais même la première personne sur la Terre à faire des enfants avec un cartoon.

Pis pendant que sa musique te réveille l’entrejambe, tu t’imagines pouvoir te marier avec P!nk.

Avant que ça dégénère, parle.

Je sais, c’est l’premier et c’est l’pire : faire son coming out.

À ce moment-là, moi, la jeune ado, j’étais juste bien inquiète des réactions de mes proches.

J’étais loin de penser que j’allais devoir en faire un deuxième, un troisième et un trentième.

Ça doit être pour ça qu’on nous apprend à compter jusqu’à un million.

Tes amis et ta famille savent et ils sont heureux pour toi. Ton père a même avoué que son kick, lui, c’était Blanche-Neige.

Nice.

Manque juste à affronter la vie qui continue.

La logique veut que j’finisse par fréquenter de nouvelles personnes. Les sorties, l’école, le travail.

J’ai beau être bien dans ma peau et m’assumer pleinement, mais comme le sifflement d’un moustique dans l’oreille quand t’essaies de dormir, j’trouve quand même ça gossant, des fois, de devoir encore et encore dire aux gens que j’suis lesbienne.

On aurait l’temps de pelleter le mont Everest avant qu’un genre de normalité s’fasse. Avant que l’monde trouve logique que la personne en face de soi préfère peut-être les gars ou les filles.

C’qui est horrible, c’est que je trie. Au boulot, surtout. Et des fois, quand j’fais mon lavage.

Je travaille au service à la clientèle. Je déteste qu’un client m’invite à prendre un verre ou encore qu’il me dise que mon chum est chanceux de m’avoir.

Des fois, pour le faire taire, je fais semblant que j’suis fan des pénis et lui dis « Merci ».

C’est flatteur, oui. Sauf que c’est là que j’commence à trier. J’ai pas le feeling que c’est tout l’monde qui réagirait correctement.

C’pas si évident, devant des inconnus, de répondre que t’aimes les filles.

De dire :

« Ah, mais Monsieur, ma blonde a mangé mon chum! »

Père Noël, je te demande une chose. Pis choke pas comme toutes les fois où j’ai demandé un chien!

Ce que j’voudrais, c’est que, peu importe, tout le monde utilise la phrase :

« As-tu quelqu’un dans ta vie? »

Ça, ça changerait beaucoup de choses. Beaucoup.

Embarquez-vous?

Photo de couverture : Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de