Menu

Mon super-pouvoir : le stress

*Je tiens à mentionner que je ne suis pas docteur ni spécialiste en santé, alors je vous recommande fortement de consulter un.e professionnel.le pour toutes interrogations.

Je ne me suis jamais considérée comme une personne anxieuse. Enfant, je faisais les glissades d’eau les plus abruptes, j’attendais avec impatience de mesurer 54 pouces pour avoir accès à tous les manèges à La Ronde et j’étais fière de faire ce que des adultes redoutaient. T’es vraiment cool quand t’as huit ans et que tu fais quelque chose qui fait peur à ton père. Ah, et j’ai toujours adoré faire des présentations orales.

Je ne me suis jamais considérée comme une personne anxieuse jusqu’à ce que je reçoive un diagnostic de trouble de stress post-traumatique. J’ai reçu cette nouvelle comme un coup de poing dans’face. J’en ai déjà reçu un, alors je sais de quoi je parle. La mâchoire endolorie, l’impression que le monde est un endroit dangereux en permanence, la croyance que je ne peux rien y faire.

Pour la première fois, j’ai fait des crises d’angoisse, j’en dormais mal la nuit – la preuve, j’écris ces lignes à quatre heures onze du matin alors que mon alarme n’est programmée que pour sept heures – et mon fonctionnement général était ébranlé.

Ma réponse a été de faire du sport. Ma mère me l’a toujours dit, le sport a des effets incroyablement bénéfiques sur à peu près tout ce que ton corps peut faire : sommeil, anxiété, énergie, alimentation, en plus des effets sur la santé dont on se fout quand on se reconnait dans la catégorie « jeunes ».

Et ça a aidé. Ça aide encore. Je me sens mieux après avoir fait du sport et je ressens le besoin d’en faire au moins une fois par quarante-huit heures.

Mais.

Ce que je ne réalisais pas dans mes stratégies adaptatives et qu’une psychologue nommée Kelly McGonigal a mis en lumière avec son TED talk, c’est que je transforme mon stress, qui pourrait être nocif, en super-pouvoir.

Je m’explique.

Selon McGonigal, le stress n’est associé à tous ses effets grandement néfastes que si la personne qui le vit le perçoit comme nocif. Si la personne ne perçoit pas son stress comme quelque chose de négatif, il ne le sera pas. Alors, l’énergie mobilisée par le corps en état de stress n’est pas utilisée pour se sentir incapable d’affronter l’adversité, mais plutôt pour devenir capable de l’affronter. Un super-pouvoir.

Hulk pourrait se dire « flûte, j’ai déchiré tout mon linge en devenant cinq fois plus gros et j’ai la peau verte, je suis laid ! » et être anxieux, mais il utilise plutôt son super-pouvoir pour vaincre des vilains. Fais comme Hulk.

Ensuite, toujours selon la psychologue, une des réactions du corps en état de stress est de sécréter l’ocytocine, hormone liée à plusieurs comportements prosociaux (empathie, reconnaissance sociale, comportements protecteurs), à la maternité et à l’orgasme. Moi je suis déjà vendue à cette molécule comme stimulant les super-pouvoirs, car quoi de plus magique qu’un orgasme ? Okay, la création d’un être vivant à partir de rien. Mais si tu veux plus d’explications, ben j’en ai. L’ocytocine te pousserait à chercher des contacts humains parce que ça réduit le stress nocif (plusieurs études soutiennent que le soutien social prolonge ton espérance de vie), notamment en modifiant la gestion de ton système circulatoire, ce qui réduit les risques de maladies cardiovasculaires (ça, c’est un effet dont on se fout quand on s’identifie comme « jeune »).

McGonigal suggère également que plus tu offres du soutien psychologique à ton entourage, plus les effets nuisibles de ton stress diminuent. Se soucier des autres développe la résilience face au stress. Cela signifie que plus tu prends soin des autres, plus tu prends soin de toi. Encore là, je vote pour le super-pouvoir. Tu fais le bien autour de toi, donc tu es une personne super-héroïque.

Bref, tout est une question de perspective, et ta perspective change vraiment quelque chose aux effets à court et à long terme du stress sur ton corps. Alors la prochaine fois que tu vis du stress, rappelle-toi que c’est pour te donner le pouvoir d’affronter une situation, parles-en à ton entourage et offre de l’aide à ton tour. Tu pourrais soudainement transformer ton stress en super-pouvoir. Si j’ai pu le faire avec des manèges et des présentations orales à huit ans, tu peux certainement le faire avec les examens, la job ou n’importe quelle situation qui joue le rôle de super-vilain dans ta vie.

Source photo de couverture

One thought on “Mon super-pouvoir : le stress

  1. Bravo, Camille! Tu comprends enfin, que le stress, est nécessaire, à ton avancement, dans la vie. Une vie sans stress, est une vie sans valeurs. La seule façon de se soustraire au stress inutile, est de s’adonner au travail, aux sports, et dans les arts, avec le contact humain, ou animalier, qui soulage les souffrances, liées à la vie humaine, en soi. Un père qui t’adore, et t’admire! Pops Jack xo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de