Menu

Ouin OK, mais c’est quoi la Journée des femmes?

Nom officialisé par l’Organisation des Nations Unies (ONU) : Journée internationale des femmes.

Autre nom utilisé au Québec et en France : Journée internationale des droits des femmes.

But : mettre de l’avant la lutte pour les droits des femmes et, notamment, pour la réduction de leurs inégalités par rapport aux hommes.

Je voulais faire quelque chose de spécial pour cette journée, pis, un matin, j’ai réalisé qu’au fond, je ne savais pas pourquoi. Parce que c’est quoi ça, la Journée internationale des femmes? À part le fait que j’ai un vagin entre les jambes et un trop plein d’émotions fucked up, je sais pas pourquoi ça existe ni ce qu’on veut célébrer.

Eh bien, faut croire que je ne suis pas la seule dans cette situation, alors je vous ai concocté ici un petit abrégé des origines de la Journée internationale des femmes. (source : Wikipédia)

C’est pour la première fois le 28 février 1909, aux États-Unis, qu’une Journée nationale de la femme (National Woman’s Day) est célébrée. L’événement se répand rapidement un peu partout dans le monde dès l’année suivante. En 1911, on baptise la Journée internationale des femmes, qui revendique alors le droit de vote des femmes, leur droit au travail et la fin des discriminations au travail. Le mouvement continue de prendre beaucoup d’ampleur en Europe, particulièrement en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, où plus d’un million de personnes participent aux rassemblements. Au cours des années qui suivent, entre les mois de février et mars naissent des rassemblements et manifestations à travers le monde.

« Il faut contrecarrer l’influence des  »féministes de la bourgeoisie » sur les femmes du peuple », Clara Zetkin, militante du Parti social-démocrate d’Allemagne.

C’est en 1977 que l’ONU officialise la Journée, invitant l’ensemble des pays à célébrer une journée en faveur des droits des femmes. La « Journée internationale des femmes » du 8 mars s’inscrit ainsi parmi les 87 autres journées reconnues ou introduites par l’ONU.

Autre élément que je ne savais pas, c’est que, chaque année, cette journée a une thématique différente. Pour 2019, c’est : « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement. »

Fait que nous, aujourd’hui, ça nous dit quoi cette affaire-là? Est-ce qu’on réalise par quoi nos ancêtres féminines sont passées, ce qu’elles ont subi?

Vous amusez-vous parfois à l’imaginer, mesdames, d’être forcées de rester à la maison toute la journée? Ne pas avoir d’argent parce que t’as pas le droit de travailler, passer ton temps à t’occuper des enfants – que l’église t’inculquait d’avoir dès un très jeune âge –, ne pas avoir le droit de voter, pis pas avoir le droit d’aller din’ bars esti!

(Fait cocasse : Le Jos Dion a été le dernier bar à Québec à accepter les femmes, et en geste de mécontentement face à son obligation de désormais laisser des femmes pénétrer sa taverne, le proprio a érigé fièrement le cul d’un cerf au-dessus de la toilette des femmes et la tête au-dessus de celle des hommes. Fin du fait cocasse.)

Ces pionnières qui se sont battues pour obtenir les mêmes droits et égalités que les hommes ont forgé la vie que nous avons aujourd’hui, et si cette journée nous permet de nous le remémorer, tant mieux criss! Je suis entourée de femmes d’affaires, de femmes de tête, autonomes, fortes, intelligentes, et de penser qu’à une certaine époque nous aurions pu être oppressées, rabaissées, ça me donne des sueurs froides dans le dos. Vous avez le droit de tout faire et d’être qui vous voulez, alors profitez-en!

La question à se poser maintenant devrait être : à quoi vous et moi consacrerons-nous notre liberté, acquise par la sueur de leur front, le courage de leur audace et la force de leurs actes?

Je sais pas encore, mais je vous souhaite à toutes et tous une bonne Journée des droits des femmes. Prenez deux secondes pour l’apprécier!

Moi, je vais retourner faire une scène au Jos Dion pour qu’ils enlèvent le cul du cerf qui trône au-dessus de la toilette des femmes. Bye là!

***

Quelques moments importants de l’histoire des femmes (tirés du site de l’Alliance de la Fonction publique du Canada – Région de la Capitale-Nationale) :

  • 1901 : Les femmes comptent pour 13,4 % de l’ensemble de la main-d’œuvre (rémunérée). La loi oblige les femmes à quitter leur emploi une fois mariées.
  • 25 avril 1940 : Les femmes obtiennent le droit de vote au Québec.
  • 1956 : Arrivée au Canada de la loi sur l’égalité de salaire pour les femmes, qui rend la discrimination salariale fondée sur le sexe illégale.
  • 1959 : Toutes les provinces sauf le Québec et Terre-Neuve adoptent des mesures législatives sur un salaire égal pour un travail égal.
  • 1964 : Reconnaissance de la capacité juridique des femmes mariées. Les femmes peuvent maintenant ouvrir un compte de banque sans la signature du mari.
  • 1971 : Ajout du congé de maternité au programme d’assurance-chômage.
  • 1977 : Adoption de la Loi canadienne sur les droits de la personne (LCDP), qui interdit la discrimination fondée sur le sexe et assure un salaire égal pour un travail de valeur égale.
  • 1978 : Modification du Code canadien du travail pour interdire d’utiliser la grossesse comme argument justifiant une mise à pied ou un licenciement
  • 1999 : La Cour fédérale donne raison à 200 fonctionnaires et leur syndicat (l’AFPC) dans leur lutte pour l’équité salariale.
  • 2009 : Pour une première fois, il y a plus de femmes sur le marché du travail que d’hommes.

Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de