Menu

Les médias sociaux : l’envers de la médaille

Je suis une fan finie des réseaux sociaux. Pour moi, Instagram est une plateforme inspirante et passionnante. J’adore la photographie, et encore plus quand elle a comme sujet les voyages, les animaux cutes ou les vêtements à la mode. Est-ce qu’on peut aussi parler de YouTube? Holy heck, YouTube. Quoi de mieux que de passer un dimanche en pyjama à regarder des vidéos de Liza Koshy ou de PL Cloutier?

Ce que j’aime de ces plateformes, c’est qu’elles m’inspirent réellement, elles me donnent des idées d’activités, de voyages, d’outfits, de recettes, etc. En un seul clic, je peux avoir accès à tellement d’information et de contenu. Je ne vous dis même pas à quel point je suis des recettes pour les recréer dans ma cuisine et le nombre d’endroits que j’ai visités parce que j’avais vu la place sur les réseaux.

Mais le mauvais côté de tout ça, c’est que malheureusement, même si ça m’aide grandement pour plein d’aspects, ça me nuit aussi. Parce que maintenant, au lieu de me comparer juste avec les gens que je rencontre, je peux le faire avec pratiquement toute la population qui partage sa vie sur Instagram. Je vois toutes ces images de fashion blogger aux styles impeccables, et quand je viens pour me vêtir le matin, je trouve que mes ensembles de la journée font pitié. Mes outfits ne sont pas assez beaux, mes jambes ne sont pas assez longues, mon make up game n’est jamais assez bien fait, vous voyez le genre. Et franchement, c’est comme ça pour toutes les sphères de ma vie, parce que les réseaux sociaux que je regarde reflètent ce qui me passionne. Ce que j’aime vient me bite in the ass par la suite, parce que ça devient une obsession et une poursuite du parfait bonheur qui n’existe que sur la Toile. Mes voyages manquent d’adrénaline, mes amis ne sont pas assez présents et mes relations avec les autres ne sont pas assez profondes. Moi aussi, je voudrais me marier sur le bord du Grand Canyon avec le gars que j’ai aimé depuis le secondaire 2, ou encore vivre le roadtrip d’une vie en compagnie de mes 11 meilleurs amis dans un bus. Bref, ce que j’aime devient une obsession, dans le bon et le mauvais sens du terme.

Parce que de nos jours, on se sert des désirs et des insécurités des gens pour se faire de l’argent sur le dos des personnes qui dépensent pour se sentir mieux durant 30 minutes. On te vend un bonheur illusoire que du matériel pourrait te procurer. On modifie des photos pour te faire croire que c’est la réalité. On filme ce qui est beau, à la bonne place, avec les bonnes paroles et les belles personnes. On ébranle ta confiance. On veut que tu te compares aux influenceurs pour te faire rêver, mais aussi pour te faire dépenser.

Mais au final la perfection, ça n’existe pas, on est tous/toutes uniques. On est une marre de personnes magnifiques qui cherchent la validation directement dans les yeux des autres, alors qu’à la place, on devrait s’accepter et aimer nos différences, parce que c’est ce qui nous rend spéciaux/spéciales et nous permet de nous démarquer.

Faites ressortir votre personnalité, votre charisme et votre charme que vous seul/e possédez. Vous n’êtes pas votre profil Tinder ou vos photos Instagram. Vous êtes bien plus complexes et incroyables. Vous êtes incomparables et hautement appréciés, et il est about goddamn time que vous le réalisiez, autant que moi probablement.

Photo : rawpixel
Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de