Menu

Apprendre à respecter la parole d’autrui

Depuis quelque temps, je remarque, surtout sur les réseaux sociaux, l’intolérance de plusieurs regardant les opinions qui divergent de la leur. L’exemple le plus probant est celui d’Olivier Bernard, ou le Pharmachien, qui a remis en question la pertinence des injections de vitamine C. Cela lui a valu menaces, attaques et tentatives d’intimidation dans le but de le faire taire1.

Je ne peux pas m’empêcher d’être terriblement inquiète de cette incapacité à dialoguer et à tolérer l’opinion d’autrui. Après tout, nous vivons dans une démocratie, et la liberté d’expression est primordiale pour assurer une diversité de points de vue. Si nous sommes incapables de faire face à de nouvelles idées et à nous remettre en question, nous nous empêchons d’évoluer, tout en nous cantonnant dans des idées qui peuvent se révéler fausses.

Aussi, je trouve plutôt étrange de voir qu’on peut être heurté par des idées à un point tel qu’on veuille censurer une personne. Évidemment, on ne se sent pas bien quand les idées auxquelles on croit sont critiquées. Mais de là à vouloir faire taire ses opposants, c’est grave, car c’est brimer le droit d’une personne de s’exprimer, et empêcher le débat. À moins qu’il y ait propagande haineuse, je pense qu’en général, dans l’espace public, on devrait laisser les gens parler, aussi désagréable leur opinion peut être aux yeux de certaines personnes. Au lieu d’appeler à la censure, ce serait alors l’occasion d’expliquer, avec respect, les raisons pour lesquelles on n’est pas en accord avec la personne, si possible avec chiffres ou faits à l’appui.

D’ailleurs, je pense qu’on a beaucoup à gagner en écoutant ce que les autres ont à dire. En effet, discuter avec ses opposants permet d’apprendre de nouvelles choses, au profit de notre pensée qui se voit plus approfondie et nuancée, ce qui aide à gagner en crédibilité. C’est également d’apprendre le respect mutuel, chose essentielle en société. Opposer une fin de non-recevoir à toute discussion ne fait que nous braquer les uns contre les autres, ce qui s’avère la plupart du temps contre-productif pour susciter l’adhésion à son idée. Pour éviter les dérapages, il faut contrôler minimalement ses émotions, tout en évitant de prendre chaque désaccord de manière personnelle.

Pour finir, j’ai la ferme conviction que la parole est quelque chose d’infiniment précieux, et que nous sommes très chanceux au Québec de jouir de la liberté d’expression. Toutefois, il faut rester vigilant pour éviter les reculs et la censure. Comme le dit ces très sages paroles de la chanson Un musicien parmi tant d’autres, « on a mis quelqu’un au monde, on devrait peut-être l’écouter ».

  1. https://www.journaldequebec.com/2019/03/04/des-menaces-a-lendroit-du-pharmachien

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre