Menu

Prix Abel, une première femme récompensée

Vous connaissez le prix Nobel? À sa mort (1896), Alfred Nobel, aussi connu pour avoir inventé la dynamite, a voulu redonner à l’Humanité en créant un prix qui récompenserait, une fois l’an, six personnes qui se démarquent particulièrement dans les disciplines suivantes : la chimie, la physique, la médecine, la diplomatie (promotion de la paix), l’économie et la littérature.1 Vous remarquerez qu’il n’y a pas de prix Nobel en mathématiques. La raison derrière cette absence demeure floue et plusieurs rumeurs sont apparues au fil du temps à ce sujet. Plusieurs ont dit que c’était parce que l’amoureuse de M. Nobel l’aurait trompé avec un fameux mathématicien suédois, Gösta Mittag-Leffler. Cependant, aucune preuve ne pourra confirmer ces ouï-dire.2 D’autres avancent que c’était tout simplement parce qu’il n’aimait pas les mathématiques3 ou encore parce qu’il y aurait déjà eu une récompense dans ce domaine en Suède4. Quoi qu’il en soit, il n’y a jamais eu de prix Nobel décerné en mathématiques.

Il aura fallu attendre jusqu’en 1936 afin de voir décernée la médaille Fields, décernée aux quatre ans, qui fut la plus haute distinction offerte en mathématiques jusqu’à tout récemment, alors qu’en 2003, le premier prix Abel sera remis, en l’honneur du mathématicien norvégien Niels Henrik Abel.5

Cette année 2019 marque un grand pas dans le monde des sciences qui est très majoritairement masculin. Pourquoi? Parce que pour la première fois dans l’histoire, une femme, Karen Uhlenbeck, s’est vu remettre le prix Abel. À l’âge de 76 ans, l’Américaine a été récompensée « pour son travail fondamental dans l’analyse géométrique et la théorie de jauge »6 et e reçu les honneurs.

Il avait fallu attendre 78 ans après sa création pour voir la première femme, l’Iranienne Maryam Mirzakhani, partir avec les honneurs de la médaille Fields en 2014.7 Du côté du prix Nobel, malgré le fait que la première femme, la plus que célèbre Marie Curie, ait remporté les honneurs seulement trois ans après la création du fameux prix en 19038, les femmes demeurent loin derrière les hommes avec un faible 5% des prix reçus. Comme l’indique Mathilde Damgé du journal Le Monde, on se rend compte que bien des femmes ont été plus que présentes dans les travaux de leurs collègues masculins, sans pour autant se voir octroyer le crédit qui leur revenait. Aussi, force est de constater que 31 des 52 prix Nobel remportés par des femmes le sont dans les catégories « paix » et « littérature »; aucune femme ne s’est vue récompensée dans les catégories « économie » et « physique ».9

C’est en voyant ces chiffres qu’on se rend compte de l’exploit de la récipiendaire de l’Abel 2019. La place des femmes en sciences est encore aujourd’hui un éternel combat pour celles qui travaillent d’arrache-pied afin de faire avancer le monde dans lequel on vit.

Je lève donc mon chapeau à madame Uhlenbeck ainsi qu’à toutes les femmes incroyables de ce monde qui mettent leur pied à terre dans le but de briser les barrières érigées contre elles, barrières qu’elles fracassent année après année. Ce n’est pas chose facile, évoluer dans un milieu d’hommes et devoir éternellement faire face aux commentaires du genre « Elle se démarque, pour une femme. ». Démarquez-vous, mesdames, et pas parce que vous êtes des femmes, mais bien parce que vous êtes des êtres exceptionnels qui avez tant à apporter au monde.

Et vous, le travail de quelle femme voudriez-vous souligner aujourd’hui?

Références

  1. lemonde.fr
  2. vulgarisation-scientifique.com
  3. gralon.net
  4. vulgarisation-scientifique.com
  5. universalis.fr
  6. ledevoir.com
  7. femutopia.hypotheses.org
  8. lemonde.fr
  9. Idem.

Crédit photo : Gerd Altmann, Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre