Menu

J’tannée d’avoir peur

C’est la première année que j’ai peur de même. Peur de faire un accident, peur que moi ou mes proches tombions malades, peur de l’avion, peur du froid, peur du noir, peur des catastrophes naturelles et pas naturelles, peur des terroristes, peur de la terreur elle-même, peur de marcher seule, peur de marcher seule et d’être suivie, peur de blesser les autres et de me faire blesser par eux, peur d’avoir des caries, peur d’aller chez le dentiste et que ça me coûte cher, peur de l’avenir.

L’accumulation de stress et la fatigue ont laissé la crainte s’installer dans ma routine. La peur s’est emparée de mes yeux avant que je n’aie le temps de la regarder en face. Elle s’est approprié mon corps comme l’aurait fait un parasite affamé. Sans considération pour son hôte, rapidement, dans le but de se reproduire. Avoir peur est devenu un réflexe, une zone de confort. Un endroit où je me suis mise en boule en attendant que ça me tombe dessus.

Mais vous savez quoi? Je ne veux pas avoir peur toute ma vie. Personne ne mérite ça.

Personne, ni toi, ni moi.

Une peur à la fois

Sinon tu n’y arriveras pas. Cet amalgame de tensions va te sembler beaucoup trop grand pour que tu puisses ne serait-ce que penser à oser peut-être le gérer. C’est pourquoi il faut y aller une peur à la fois. Reconnaître que peur il y a. Analyser. Trouver la source. Rationaliser. Désamorcer. Se rappeler que c’est normal d’avoir peur, mais que ce n’est pas toujours ou rarement nécessaire.

Passer à la peur suivante, et ce, jusqu’à ce que toutes les peurs s’épuisent. Éventuellement, la peur se délogera du corps.

Vaincre le stress, vaincre la peur

Je ne sais pas pour toi ni pour vous mais, pour moi, les émotions reliées à l’effroi et à la terreur sont plus souvent reliées à un état de stress plutôt qu’à une prise de conscience d’un réel danger.

Je réalise donc que mon corps est programmé pour avoir peur. Ce mécanisme a dû grandement servir à mes ancêtres. T’sais, voir un lion, ressentir la peur de se faire manger par ce lion, ne pas avoir de fusil ou de voiture pour sauver sa peau, courir très, très vite. En 2019, ressentir la même intensité de crainte et de panique parce que j’ai égaré mon cell…? Ouais, non!

Faire des choix pour avoir un mode de vie moins angoissant. Reconnaître la présence du stress dans ma vie et prendre des mesures concrètes pour changer la situation, c’est ce que j’ai fait. Je suis désormais en mesure de dissocier mes préoccupations anxieuses de la peur. Développer des outils pour me calmer et ne pas me juger est vital.

Notre monde va vite et est instable. Notre monde sait être épeurant. La planète est en crise et on n’a pas l’espoir facile admettons. On ne sait pas, on ne sait plus. Persévérer dans tout ça n’est pas facile mais, crois-moi, ça l’est plus avec un état de peur au minimum. C’est plus léger, c’est plus libre, c’est plus ouvert, c’est un choix. On a le choix. Bref, je nous le souhaite.

Parce que, pour de vrai, j’tannée d’avoir peur.

Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de