Menu

La désillusion : mon arrivée dans la trentaine

Quand j’étais plus jeune et que je me projetais dans l’avenir, j’imaginais qu’à trente ans j’allais être une adulte mature et accomplie avec un chum stable, des enfants, une carrière de fou, une maison, un chien et toute la patente. À l’heure où j’écris ces lignes, j’ai trente ans depuis quatre jours et je peux garantir que ma vie ne ressemble en aucun cas à ce que j’avais imaginé.

La vingtaine est tellement passée rapidement et j’ai tellement tripé que je n’étais pas prête à tourner la page, j’aurais continué encore quelques années. Dans cette décennie, j’ai voyagé énormément, je suis sortie plus qu’à mon tour, j’ai appris plusieurs langues, j’ai rencontré des humains extraordinaires (et de vrais cons aussi), j’ai habité à l’étranger puis en campagne, j’ai perdu des amis, je m’en suis fait d’autres, j’ai eu des relations amoureuses qui m’ont permis de savoir ce que je ne veux plus, pis j’ai surtout eu beaucoup de fun! Alors au départ, quand je voyais la trentaine approcher, je trouvais que le défi était énorme pour que cette décennie soit aussi belle que la précédente. Avec un peu de recul, je réalise que j’ai tellement appris sur moi-même et sur la vie dans les dernières années que je ne voudrais pas revenir en arrière. La trentaine, c’est la nouvelle vingtaine que plusieurs me disent pour me réconforter, et j’ai envie d’y croire. On a encore beaucoup d’énergie pour triper et faire plein de projets, mais un peu plus de sagesse et de moyens. On a fait le ménage autour de nous pour se consacrer aux gens à qui on tient réellement. On a appris à décerner davantage ce qui nous plaît ou non et à se donner des objectifs en conséquence.

Dans la dernière année, j’ai senti que la trentaine arrivait vraiment vite parce que j’avais l’annonce d’un bébé en route dans mon entourage pratiquement tous les mois, de l’achat d’une maison, d’une séparation, d’un mariage et, surtout, l’apparition de Doodle, notre nouveau meilleur ami pour essayer de trouver une date pour un simple souper de filles. Toutes des affaires d’adultes, bref! Je suis un peu bébé je le sais, mais c’est ce qui est le plus difficile pour moi de vieillir, voir mes relations d’amitié changer. J’ai dû accepter que je ne sois pas rendue à la même place que mes amis et que ce soit ben correct.

J’arrive dans la trentaine dans une période de questionnements généralisée, comme par urgence de trouver mon bonheur à moi le plus rapidement possible. Je sens que ma vie et mes envies ont changé sans me prévenir, alors un moment de réflexion s’impose. Les certitudes que j’avais à une certaine époque ont évolué, j’envisage un retour aux études et je ne suis plus convaincue de vouloir des enfants même si j’aime bien ça en général. Je n’ai pas encore le chum stable, la maison (quoique je l’ai eu quelque temps), la carrière de fou (c’était bien parti, mais c’est embarqué dans le blender de remise en question généralisée aussi), les enfants, pis toute! Mais j’ai le chien, yesssss!

trentaine trentenaire nouveau départ questionnements
Source

Je n’aurais jamais pensé en être là le jour de mes trente ans, mais je suis zen avec ça. J’en connais beaucoup d’adultes matures qui ont été malheureux toute leur vie, et ça, c’est clair que je n’en ai pas envie. Aussi bien se requestionner maintenant et trouver son bonheur que de se laisser porter par la vie et constater un peu tard qu’on n’a réalisé aucun de nos rêves. Le sentiment d’insatisfaction est amer et je veux l’éviter. Je sais que les prochains mois seront décisifs pour le reste de ma vie, et je trouve ça pas mal excitant! En gros, tout est possible! C’est cool pareil!

One thought on “La désillusion : mon arrivée dans la trentaine

  1. Quel beau et profond texte! On y sens la maturité augmentée ( et non la « réalité augmentée » par des artifices qui elle demeure fausse). Et selon moi maturité peut très bien ne pas vouloir dire encroûtement mais plutôt la pleine utilisation de tous ses moyens. Et Dieu sait que tu en a des moyens. Il te reste maintenant à réfléchir et à les bien utiliser pour dessiner ce que tu veux de ta trentaine. Et tu as toujours été bonne en dessin tu sais! La trentaine je crois n’est pas la poursuite de la vingtaine « augmentée ». C’est plutôt je le crois aussi l’usage utile de tes expériences et vécus du passé pour concrétiser le dessin qui est à faire. Pour cela, l’affirmation douce mais claire de tes aspirations est ton meilleur outil. Puis il ne faut pas je crois avoir peur d’un certain degré de conformisme. Celui-ci n’est pas une voie qui n’a pas été inventée comme ça, mais est plutôt le simple résultat de ce qui fonctionne pour beaucoup de gens. Mais, et c’est la beauté de la chose, il est tout à fait libre à chacun de le modeler à ses goûts! Je te souhaite le bon modelage. Je t’aime. Michel ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de