Menu

Conversation à lèvres ouvertes, volume 3

Bienvenue à toi, qui fut intrigué par le titre, dans notre conversation à lèvres ouvertes. Ce n’est pas un monologue de clitoris, ni même un dénigrement envers la précieuse graine. Oh loin de là, mes ami.es.

Nous partageons aujourd’hui avec vous, en quelques volumes, notre conversation. Nous vous encourageons à avoir ces conversations avec vos amies, car ce fut un réel délice, du petit bonbon émotif. Bonne lecture!

Pour le volume 1, c’est par ICI, et le volume 2, c’est ICI!

Partie 3

Bon, on parle beaucoup de nous, là, mais qu’en est-il de notre partenaire!? Dans une relation lesbienne, il n’y a pas la confrontation entre le pain et la saucisse, ni le stress de la performance. Alors, je vous le demande ici :

Est-ce que la grosseur du pénis est importante? Et avez-vous déjà faké?

– J’ai déjà faké. La grosseur change rien si t’es capable d’utiliser ta bouche pis tes doigts comme du monde, sérieux.

– La grosseur m’importe un peu au début, mais après, ça ne me dérange plus. Je pense fermement que c’est la performance qui compte. Si on revire ça du bord des filles, la grosseur des seins ne me dérange pas du tout, même que je pense que j’aime bien les petits seins. Je ne suis pas toujours honnête sur ce que j’aime parce que je ne couche pas assez souvent avec la même personne. J’ai déjà faké, mais pas l’orgasme parce que je ne saurais pas comment faker ça.

– La grosseur du pénis n’est pas si importante pour moi, car je suis plus clitoridienne que vaginale. Dans mon ancienne relation, mes orgasmes venaient toujours en me faisant faire un cunnilingus. J’ai plus de difficulté en ce moment dans ma relation actuelle, car mon partenaire n’aime pas faire de sexe oral. Évidemment, il aime en recevoir, mais pas en donner. J’essaie de faire en sorte qu’on s’apprivoise tranquillement. Je trouve ça quand même difficile parce que, comme je ne me masturbe pas, j’ai l’impression que je ne connais pas mon corps et que je ne sais pas ce que j’aime autre que de me faire stimuler avec une langue. Pour être honnête sur ce que j’aime, je crois que oui, mais j’avoue avoir déjà faké pour exciter mon partenaire, parce que je savais que malgré tous les efforts qu’il mettait pour me faire jouir, il n’y arriverait pas.

– La grosseur n’est pas importante, il existe tant de façons d’avoir un orgasme! Je suis honnête avec mon chum, car je suis libérée à 100% dans ma relation, mais, plus jeune, je ne l’étais pas car je ne le savais pas moi-même. J’ai déjà fait semblant – SOUVENT, lol – mais maintenant non. Il y a des choses que j’aime MOINS faire, je les laisse à notre amie à temps partiel, mais il m’arrive parfois de faire plaisir. Mais jamais je ne dépasse mes limites.

– Je dirais pas nécessairement que c’est la grosseur du pénis qui importe, mais chaque personne a des préférences sexuelles. En ce qui concerne mon honnêteté sur ce que j’aime ou pas, j’avoue que si c’est un one night, je lui dirai probablement pas toutes mes préférences. Mais s’il s’agit d’une personne avec qui je partage des sentiments, je ne me cacherai pas.

– La grosseur n’est pas importante jusqu’à un certain point ahaha, l’entrain compte pour beaucoup plus.

La majorité des femmes questionnées semble s’entendre sur le fait que la grosseur du pénis n’est pas importante. Il semblerait que les hommes ne sont pas non plus affectée par de l’insécurité vis-à-vis leur engin. Une étude a été faite auprès de 4000 hommes, leur demandant si la longueur de leur gourgane les dérangeait, et, ils ont répondu à plus de 86,3% qu’ils étaient plus que satisfaits avec ce qu’ils avaient entre les jambes et qu’ils étaient bien plus dérangés par la forme de leur pénis que par sa grosseur.

Notre conversation de moules frites tire déjà à sa fin. Le dernier point à notre programmation est en deux volets.

D’abord, que préférez-vous entre des one nights et des relations sexuelles avec l’être aimé? Et est-ce que votre corps est souvent un obstacle dans vos rapports sexuels?

Vous arrive-t-il de faire « des trucs » que vous ne voulez pas faire, juste pour plaire à votre
partenaire?

– Je préfère définitivement avoir un rapport sexuel avec l’être aimé! J’ai de la misère à assumer mon corps, et j’assume cette difficulté-là!

– Je n’affectionne pas particulièrement les one nights car, comme je crois que je ne suis « pas facile à faire venir », je ne vois en aucun cas du plaisir à faire du sexe avec quelqu’un qui ne connaît pas mon corps. Mon corps n’est pas du tout un obstacle pour moi dans mes rapports sexuels, je suis très à l’aise avec. Mais j’avoue parfois ne pas être à l’aise complètement car mes aisselles ne sont pas rasées. Je trouve ça niaiseux et j’aimerais passer par-dessus ça.

– Je n’ai jamais vraiment été en couple et mes fréquentations ne sont jamais vraiment « stables » si on peut le dire ainsi. J’aime vraiment les one nights, parce que ça permet d’avoir un beau moment juste une fois et de passer à autre chose après sans se casser la tête. J’aime connaître des nouvelles personnes et partager cela quand ça arrive. Je sais que je vais vraiment aimer le sexe avec une ou un partenaire stable parce que je trouve que c’est quelque chose de tellement beau quand c’est fait avec beaucoup d’amour et de délicatesse. Mon corps est un peu un obstacle parfois. Souvent, je m’excuse si je ne suis pas assez rasée, j’ai peur de quoi j’ai l’air et si mon ventre plié crée des bourrelets, mais ça ne m’empêche pas tant que ça. C’est plus ma tête qui m’empêche de profiter.

– Je préfère les relations sexuelles que j’appelle « du sexe à l’aise », pas nécessairement quelqu’un avec qui je suis en couple, mais quelqu’un avec qui je suis confortable. Une relation de respect et de cul. Mais oui, mon corps est un gros obstacle, quand des garçons daignent m’approcher et me faire des avances, je leur ferme tout de suite la porte au nez, juste pour éviter l’inconfort de me mettre nue devant eux. Que dieu bénisse l’alcool pour briser la glace les première fois… sinon je serais déjà vieille fille, ahaha!

– J’aime coucher avec mon chum car je n’ai aucun tabou et beaucoup de liberté, mais j’aime l’aspect de l’inconnu des one nights. Avant, oui, mon corps me causait un blocage, mais maintenant, je suis bien dans ma peau donc j’apprécie chaque peau à peau et je ne pense pas à ce que j’ai l’air!

– Perso, j’ai été longtemps en couple ouvert donc les one nights, je suis vraiment à l’aise avec ça, mais depuis mon agression, j’ai un blocage qui fait que j’ai de la misère à avoir des relations avec les gens qui veulent réellement dire quelque chose pour moi…

Merci beaucoup à toutes! C’est ainsi que se conclut notre conversation à lèvres ouvertes! J’espère que vous avez apprécié la lecture autant que nous avons apprécié jaser de partie de fesses! Et souvenez-vous, là où il y a d’la gêne, y’a pas de plaisir. Je suis la première à être la petite prude coincée quand mes amies parlent de cul, et on ne devrait pas être comme ça; le sexe, c’est une partie intégrante de notre vie. 

Allez fourrer en paix, mes enfants! xxx

Source photo de couverture: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de