Menu

L’intervention par l’art : coucher ses maux sur papier

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, l’art a toujours été l’un de mes moyens pour m’exprimer. À l’adolescence, mes cahiers de cours étaient toujours barbouillés des mêmes dessins. Je me plaisais à faire des collages rassemblant mes aspirations futures pour mieux les visualiser. Souvent, l’écriture se mêlait aux dessins ; j’y ajoutais les paroles de chansons ou encore mes derniers poèmes. Plus jeune, j’avais une grande facilité à me comprendre par l’entremise de l’art. J’avais la grande aspiration de devenir illustratrice d’albums de musique ou bien d’être la portraitiste qu’on croise dans le Vieux-Québec. Finalement, j’ai très vite compris que cette passion resterait passion et non vocation.

Dernièrement, j’ai pris conscience de ce besoin de la remettre au programme ou, du moins, d’arriver à y faire une toute petite place dans mon horaire. Avec ma vie d’universitaire, l’art a pris le bord en raison de mon flagrant manque de temps.

pastels secs art thérapie intervention création couleurs
Source

Ainsi est née l’idée de m’inscrire à un groupe d’intervention par l’art. Et Dieu merci, j’ai eu de la chance : il y avait une place pour moi. C’est donc à tous les lundis que je me retrouve avec un petit groupe de femmes, où chacune de nous échange et crée sur un thème relatif à la connaissance et à l’acceptation de soi.

Il faut savoir que l’intervention par l’art permet d’utiliser la création pour entrer en contact avec soi en favorisant l’accès aux émotions et aux sentiments. Celle-ci explore le sens émotionnel des images et permet le dévoilement de certains aspects de sa personnalité. Les médiums utilisés peuvent être multiples, allant du pastel sec, à la peinture jusqu’au collage. Ceux-ci peuvent même s’entrelacer. La liberté et l’écoute de soi sont les mots d’ordre lors de ces séances de création. Les réalisations qui en émergent apportent beaucoup aux gens qui s’y prêtent. En effet, en posant une intervention correctrice directement sur la création, la personne peut se réapproprier son pouvoir d’agir dans ce qu’elle a créé.

peinture art thérapie création couleurs
Source

Pour ma part, au départ, je trouvais très difficile de me laisser aller à travers l’art, comme si je n’avais pas le cœur, le corps et la tête connectés. J’imagine que j’étais un peu rouillée et un peu sceptique à me laisser aller. Ma tête, elle, avait le contrôle d’organiser, de choisir, de rendre concrète ma façon de créer à partir du thème donné, comme si je me donnais le devoir d’être cohérente et claire à travers ma création. Au début, les magazines m’ont sauvé la vie, puisque j’y choisissais des mots pour définir davantage mon idée et je les collais directement sur mon oeuvre.

C’est correct. Ces créations très organisées m’ont tout de même permis d’en apprendre davantage sur ma personne et d’amorcer de belles pistes de réflexion. Puis, au fur et à mesure des rencontres, j’ai délaissé de plus en plus le sens concret pour donner un peu plus la place à mes mains. J’ai fait un peu plus confiance à mon ressenti, à mes envies concernant les couleurs, les formes, les textures ou les médiums à utiliser. Je me suis laissé aller à dénouer mes sentiments sur ce bout de feuille à grands coups de pastels secs, de pinceaux et de doigts tout tachés, laissant ainsi mon esprit créateur m’aider à mettre des images sur ce que je ressentais, sur ce que mon Moi vivait tout profond à l’intérieur. De ces créations a émergé quelque chose de beau, quelque chose de profondément moi.

Grâce à l’intervention par l’art, j’ai eu la chance d’apprendre un peu plus à me connaître, tout en réintégrant un moyen fort intéressant de m’exprimer. Je suis heureuse de me choisir à chaque lundi soir pour me redécouvrir par l’entremise de ce médium qu’est l’art.

art thérapie couleurs peinture intervention
Source

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de