Menu

Je suis une fausse adulte

J’ai réalisé cette semaine que j’étais une fausse adulte. Que je me sentais comme une fausse adulte. Cette pensée s’est formée lorsque je me suis rendu compte que je venais de souper aux biscuits Pillsbury, pis un samedi soir en plus.

De plus, je suis mère d’un enfant. Je suis mature et responsable, c’est juste que j’ai un léger syndrome de l’imposteur parce que j’ai 24 ans et parce que je ne me sens pas encore apte à faire ce que les adultes font. Genre les impôts. Ou prendre mon maudit rendez-vous chez le dentiste. Ou faire assez d’exercice, manger mes portions de produits céréaliers, essayer d’aimer le vin et intégrer le tofu à mon alimentation. Ou apprendre ce qu’est un CELI, ce que ça mange en hiver, pis avoir un coussin d’épargne. Ou encore m’acheter un meilleur matelas. Bref, toutes des affaires qu’on dirait que tous les adultes font, sauf moi.

Je vois des gens de notre cohorte du secondaire devenir avocats, médecins et professeurs. Pas étudier en droit là, mais bien devenir avocat. Pis je comprends pas ma vie. Il me semble qu’hier encore nous étions au cégep et l’avant-veille, des prépubères de secondaire II. Je réalise toujours pas qu’on est adultes. Qu’on a pour la plupart nos jobs d’adulte. Qu’on fait du 9 à 5, qu’on cotise à nos REER. La semaine passée, j’ai même croisé une fille du secondaire au Costco. Pis on accompagnait pas nos parents là, on avait chacune notre carte de membre.

Je suis une fausse adulte. Pis je sais pas si j’ai le goût d’en devenir une vraie tout de suite. Laissez-moi donc 2-3 ans encore, please. Parce qu’on va se le dire, manger des biscuits Pillsbury pour souper une fois par année, ça fait de mal à personne.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de