Menu

Quand manque d’énergie rime avec jugement

Est-ce que je suis la seule à être étourdie par les TDAH de ce monde? On les voit souvent dans les médias ou dans les arts de la scène, menant dix projets de front. J’admire énormément ces personnes qui réussissent à utiliser leur hyperactivité comme une force plutôt qu’un handicap. Mais je ne suis pas de cette équipe. Je fais partie du team #manquedénergie. De ceux et celles qui cherchent à survivre dans un monde où tout va vite, dans un univers de performance où on nous demande d’en faire toujours plus. Un monde où les vacances sont souvent pour les paresseux.ses.

Je ne suis pas paresseuse, loin de là. Je travaille très fort, j’en donne plus que le client en demande, je m’investis à fond. Mais je manque aussi cruellement d’énergie pour mettre à terme mes projets. Dans la vie, je suis excessivement anxieuse et c’est un élément vraiment drainant, un trou noir à énergie. Tu peux lire sur la FabCrep de nombreux articles qui parlent de ce trouble. En plus de ça, je suis somnambule (oui ça se peut, même passé l’âge de 30 ans) et mes nuits sont très facilement perturbées ou de mauvaise qualité. Pour finir, j’ai fait une commotion cérébrale il y a une dizaine d’années et j’ai été des mois à avoir à peine l’énergie pour me lever le matin, aller à l’école et revenir chez moi pour me reposer.

C’est mon trajet de vie personnelle et je l’assume. Mais je trouve souvent difficile socialement de composer avec cette réalité. Quand j’étais aux études à plein temps à l’université, on m’invitait souvent à prendre un verre après un cours ou autre et je me faisais juger parce que je préférais aller me reposer chez moi. Et lorsque je suis arrivée sur le marché du travail, on me jugeait (dans mon dos, évidemment) parce que je n’étais pas disponible en tout temps alors que mes études étaient terminées. Certaines personnes se demandaient comment je faisais pour arriver monétairement alors que je ne travaillais pas à plein temps. Dans plusieurs entreprises, ne t’avise pas de revenir de ta fin de semaine en montrant des signes de fatigue sinon tu vas paraître paresseux.se.

Est-ce qu’on pourrait se donner le droit de vivre selon nos capacités? Arrêter de juger les autres qui décident de se respecter. Cesser de chialer contre les gens, alors qu’au fond on les envie et on voudrait faire comme eux. Je sais que je ne travaillerai jamais à plein temps, que je ne serai pas la prochaine dragonne ni une version féminine de Pier-Luc Funk, mais je ne vaux pas moins. Je me donne simplement le droit d’aller à mon rythme et j’honore mes valeurs. Je t’invite à faire pareil, que tu sois #teamlièvre ou #teamtortue.

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de