Menu

J’ai peur de la vingtaine

Donc, le 21 avril dernier, j’ai eu 20 ans. Je vais t’avouer que j’étais vraiment pas prête. Je veux dire par là que mentalement, je suis anxieuse à l’idée de devenir une adulte. Parce que, ben oui, je me suis fait dire que c’est à 20 ans que j’allais vraiment devenir une adulte. Je vais gérer mes impôts toute seule, payer mon loyer, faire mon épicerie, pis même être trop loin pour faire mon lavage les fins de semaines chez mes parents. C’est pas que je suis pas capable de faire tout ça, c’est juste que de me le faire dire par quelqu’un d’autre, c’est comme plus réel. Fait que je me suis dit que j’allais interviewer les gens autour de moi pour voir ce qu’ils en pensaient, eux, de cette belle décennie là qui s’en vient! Voici les réponses que j’ai reçues!

« C’est le début des choix qui ont un impact sur ta vie. » – Alexis (20 ans dans un mois)

« La climato-anxiété, l’incertitude d’avoir des enfants par peur qu’ils vivent dans un monde apocalyptique… » – Marie-Michelle (20 ans)

« On a tous la pression de la vie qui court après nous, tu vois les gens avancer et tu te demandes si toi aussi tu grandis assez vite. C’est un labyrinthe dans lequel on se perd, on se retrouve, on croise des gens qui ont vécu plus ou moins, mais on va tous finir par arriver à la fin avec un bagage unique, beau et parsemé d’embûches. » -Cynthia (21 ans bientôt et fièrement)

« Pour moi, c’est synonyme de pouvoir. T’es le/la plus beau/belle, plus fort/e. Même si ça en donne pas l’impression, t’es plus libre. Je compte profiter de ma vingtaine. » -Noémie (bien fière de préciser qu’elle aura 21 ans sous peu)

« Tu changeras tellement par rapport à la personne que tu étais à 18 ans. Tu apprends à mieux te connaître et à cibler ce qui te fait vraiment vibrer!! C’est beau, avoir 20 ans. Tu changes, mais pour le mieux. Pour aller vers qui tu es vraiment et pourquoi tu es ici, pour mieux te diriger vers ta mission de vie. » – Karen (21 ans)

« La vingtaine, c’est quand tu réalises que t’as pas de temps à perdre avec les choses qui te font chier. T’apprends à mettre ton énergie à la bonne place et à laisser de côté les choses qui n’en valent pas la peine. C’est aussi le moment où tu as plein de conquêtes, tu apprends à connaître ton corps, tu pleures aussi beaucoup. T’apprends ce que t’aimes. T’as encore de l’acné, mais tes ami(e)s ont des enfants. C’est la vie de tous les possibles mais avec plein de limitations. T’as plein de projets mais pas les moyens. » – Marilou (22 ans)

« La vingtaine c’est bizarre, parce que tu peux arriver à 29 ans et soit être à l’école, soit avoir une maison et 3 kids. La vingtaine, c’est le solage de ta vie d’adulte, c’est la base de ce qui va en découler. C’est le moment pour apprendre à te connaître et pour faire des erreurs. Il faut prendre le temps de te demander pourquoi tu penses comme ça, si tu penses par toi-même ou si t’es encore sur le moule de tes parents! Tu passes ton temps à te comparer aux autres, jusqu’à ce que tu te rendes compte que personne sait vraiment ce qu’il fait. » – Angélique (23 ans)

« C’est se faire dire que t’es trop jeune pour comprendre ben des affaires, mais assez grand/e pour t’arranger tout/e seul/e. » – Dominique (23 ans)

« Quand tu penses que t’es un adulte, mais que tu ne l’es pas vraiment. C’est le moment de ta vie adulte où c’est socialement accepté que tu agisses encore en ado. » – Yannick (28 ans)

« J’ai eu du mal à vivre pleinement cette vingtaine. D’une part, j’avais hâte de grandir, d’autre part, j’ai longtemps été nostalgique. Dans mon entourage, ça signifiait tellement de choses différentes : certains étaient aux études, d’autres travaillaient, d’autres devenaient parents, d’autres voyageaient. Quel était l’exemple à suivre? J’ai mis un certain temps à comprendre qu’il était inutile de se comparer, que les critères de succès étaient nombreux et relatifs à chacun. Au fond, la vingtaine, ça veut tout et rien dire, parce que tout dépend des expériences que tu vis. Il m’a fallu de gros événements déclencheurs vers la fin de cette période pour finalement affirmer mes opinions, dresser mes limites et croquer dans la vie à pleines dents. » – Julie (31 ans)

« Je me rends compte qu’au début de la vingtaine, j’ai beaucoup attendu… Attendu d’avoir fini mes études, d’avoir un chum, d’avoir des enfants, d’avoir un emploi dans mon domaine. J’avais l’impression qu’alors, je vivrais pour vrai. C’est maintenant que je réalise que j’ai quand même bien expérimenté et vécu d’incroyables aventures. » – Marie-Kristine (33 ans)

« C’est une période où tu t’émancipes, ton statut change d’ado à jeune adulte et ça peut être très empowering ou quand même épeurant, mais tu te sens perdu/e à savoir ce que tu veux vraiment, où tu t’en vas… C’est un stade de vie où tout se peut, mais tu n’as pas assez de bagages ou de connaissances sur toi-même. Tu y vas un peu à l’aveuglette pis tu regardes où ça te mène! » – Sylvia (37 ans)

Je sais pas encore si leurs réponses m’ont déstressée ou juste rendue encore plus anxieuse à l’idée de devoir me gérer toute seule. Personnellement, je crois que la vingtaine, c’est différent pour tout le monde. Il y a des gens qui savent déjà ce qu’ils veulent faire de leur vie à 16 ans et ont tout ce qu’il faut pour y arriver. Mais il y a aussi des gens qui, comme moi, arrivent à 20 ans et ont changé trois fois de programme, ont peur d’appeler leur médecin eux-mêmes pour prendre un rendez-vous parce que ça veut dire que t’es vraiment adulte, et chantent devant High School Musical à tue-tête une fois par mois. Je pense donc que je vais retourner lire et boire du thé en me faisant croire que je sais ce que je fais de ma vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de