Menu

Les fameuses « attentes »

Dans la vie, je suis quelqu’un de très optimiste, ce qui est une bonne chose… jusqu’à ce que ça ne le soit plus.

Je suis aussi cette personne qui va désespérément essayer de faire concorder les horaires de dix amis/es, tous et toutes étudiants/es et travailleurs/euses à temps partiel. Mais croyez-moi, ces deux heures en commun de libres, je vais les trouver. Tu es sûrement comme moi : tu voudrais que tout fonctionne toujours et que la vie soit un peu plus rose bonbon.

Alors quand un/une ami/e te dit qu’on ira « sûrement » prendre un café vendredi, tu commences déjà à hésiter entre le latte et le matcha. La possibilité que votre plan tombe à l’eau ne t’a même pas effleuré l’esprit. Arrive le jeudi soir et paf, un projet ou un imprévu de dernière minute survient et te voilà seule pour ton vendredi soir.

Tu vas peut-être survivre au début de week-end sans caféine, mais certaines choses, comme des échecs de relation, seront plus difficiles à surmonter, quand tu t’es attendu/e à plus ou à mieux de quelqu’un. Laisser son cerveau et son imaginaire prendre le dessus sur l’atteignable de la réalité, c’est rough à surmonter.

Parce que rappelons-le, une attente, c’est seulement le reflet de notre perception. Parler de ce fameux roadtrip depuis six ans avec un ami, c’est la réalité, mais présumer pour sûr qu’il va se réaliser et y avoir si hâte, c’est une invention de nous-mêmes. Elle nous donne l’impression de contrôler notre avenir en prévoyant ce qui va arriver et nous permet de rêver un peu.

Mais l’humain adore rêver et déteste perdre le contrôle. Tu verras que, quand tu te fais des attentes envers toi-même, tu vas sentir la détermination et peut-être même le courage de réaliser ce à quoi tu tiens. Tu vas l’obtenir, cet emploi. Tu vas la réussir, cette audition.

Mais le jour où tu n’y arriveras pas, que tu perdras de vue ce chemin contrôlé que tu t’étais tracé, tu vas reculer et être déçu/e de toi. Ta confiance risque d’en manger un coup solide.

Aujourd’hui, j’ai envie de te dire que c’est juste un mauvais tour de ton cerveau, et rien de plus. Tu n’as pas réellement échoué, tu n’as seulement pas été à la hauteur des normes (parfois!) irréalistes instaurées dans ta tête. Et le jour où tu vas décrocher ton emploi de rêve ou que tu vas trouver la personne parfaite, tu vas réaliser que ce n’était rien d’autre qu’une question de perceptions et de critères changeants à travers le temps. Ce que tu t’attends à être, pour considérer que tu as réussi, ne sera probablement pas pareil dans dix ans.

Je ne t’inviterai donc pas à ne plus avoir d’attentes. Oui, elles peuvent être blessantes, mais elles peuvent aussi te donner l’espoir que de belles choses, réalisables ou non, vont arriver quand tu n’y crois plus. Parfois, sur le moment, c’est tout ce dont nous avons besoin. Elles te permettent aussi de viser plus haut et d’accomplir davantage.

J’aimerais toutefois que tu te poses des questions : est-ce que ce que j’attends est réalisable? Qu’est-ce qui pourrait arriver de pire? Suis-je prêt/e à vivre avec cette situation? Si jamais ça n’arrive pas, qu’est-ce que je fais?

Fille/gars, tu vas peut-être réaliser que ton voyage au Pérou, ben tu peux le faire seul/e. Tu vas rencontrer du monde, et tu ça va peut-être changer le cours de ta vie. Est-ce que c’est ce que ton cerveau attendait, imaginait? Main dans la main avec ton ami au top d’une montagne? Non. Est-ce que tu ne peux encore contrôler l’entièreté de la situation? Non plus. Mais peut-être que ça peut devenir mieux que tout ce que tu avais imaginé.

Parce que parfois, c’est la réalité qui dépasse nos attentes.

Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de