Menu

Les non-dits et les intentions sexuelles

Je suis neuroatypique. Dans la vie de tous les jours, j’ai l’air totalement normale. J’ai « appris » les normes sociales, ce qu’il est acceptable de dire ou de faire, bien que parfois, je trouve qu’il y a beaucoup de non-sens dans ces normes.

J’ai été en couple la plupart de mes années de « disponibilité » amoureuse. Par exemple, j’ai été en couple depuis que j’ai 17 ans, donc 6 ans au total et dont 5 ans avec la même personne.

Je n’avais jamais vraiment connu le monde du dating et j’avais beaucoup d’amis de sexe masculin, qui n’avaient jamais rien tenté étant donné que j’étais en couple. Selon ma vision du monde et l’expérience que j’avais, je pouvais être amie avec un gars, l’inviter à écouter un film ou à passer une soirée à boire ensemble, sans que ça vire au sexe.

La réalité a un peu changé lorsque je suis devenue célibataire. 

L’affaire, c’est qu’il n’y a pas de manuel d’instructions pour les non-dits. Dans mon cas, on doit m’expliquer ce genre de chose-là, afin que je les apprenne, les comprenne et les applique. Les non-dits, pour moi, ce n’est pas logique, et si ce n’est pas logique, je ne comprends pas. Et sans le savoir, il paraît que plusieurs de mes comportements portaient à confusion sur mes intentions.

Exemple : inviter quelqu’un à venir dormir chez moi après le bar, c’était sûrement une invitation au sexe, sauf que je n’étais pas au courant. Quand j’étais en couple, les gars ne s’essayaient pas. Pis pour moi, dormir dans un lit queen en cuillère avec mon chien et avec quelqu’un à côté, ça ne sonne pas sexuel comme activité.

Ce qui m’a placée dans des situations où, souvent, il y a eu l’acte sexuel sans nécessairement que mon intention/envie soit là au départ. Je ne dis pas que c’est ce qui est arrivé chaque fois, mais, avec du recul, je me rends compte que c’est sûrement arrivé trop souvent.

Pendant un bout, je n’allais vraiment pas bien. J’invitais souvent des ami.e.s lorsque je me sentais seule. Mon but était seulement de ne pas être seule. Quand c’était un gars qui répondait à l’invitation, étant donné qu’il était 2 heures du matin, c’était vu comme une invitation au sexe. Quand je comprenais que c’est ce que la personne croyait, je me sentais un peu mal. J’utilisais alors le sexe en guise de remerciement.

Pourquoi, pour moi, n’est-ce pas clair? Si j’invite une fille, étant donné que je suis hétérosexuelle, ça ne sonne pas comme une invitation sexuelle. Ce qui cloche, c’est que je ne vois pas la différence, dans le sens que je n’ai rien dit qui invitait au sexe, pis dans ma tête, il n’y a pas de différence selon le sexe de l’ami.e que j’invite. Dans ma tête, c’est illogique que si rien n’ait été dit au préalable sur des intentions, que ces dernières deviennent un fait. 

C’est en analysant mes comportements des derniers mois que j’ai fait ce constat. Sachez cependant que personne ne m’a forcée, j’étais consentante. C’est seulement que mes raisons n’étaient pas l’envie de l’acte en tant que tel, mais le sentiment de « devoir » au moins ça, de culpabiliser pour une mauvaise interprétation de l’autre, ou des fois juste d’être un peu trop saoule pour me rendre compte de ce qui se passait, pis une fois rendue, c’était déjà un peu trop tard fait que je me disais fuck off.

On me dit souvent que je suis pure. J’ai une certaine naïveté pour des trucs. Comme le fait que quand j’invite un gars à écouter un film ou à gamer, c’est parce que j’ai envie d’écouter un film ou de gamer, parce que j’aime ça. Mon invitation n’est pas un sous-entendu pour avoir du sexe, sinon, je serai claire pis il n’y aura pas d’ambiguïté. Mais moi, un peu trop naïve, je me dis que c’est clair pour tout le monde.

Et tout ça remet en question ma vision des relations hommes/femmes. Mon cercle social a toujours été constitué en majorité d’hommes. Sauf que, maintenant que je ne suis plus la petite prude que j’étais, c’est comme si ça signifiait autre chose. Avec tous ces non-dits appliqués comme s’ils étaient les nouvelles normes sociales, comment faire pour connaître les vraies intentions de quelqu’un? Comment faire pour savoir que mon ami veut vraiment juste gamer avec moi pis qu’il n’espère pas une petite vite entre deux parties?

Ça me rend un peu triste, déçue et dégoûtée, ce constat-là : de m’être mise dans des situations qui pouvaient porter à confusion pis qui m’ont fait avoir des rapports sexuels alors que je n’en voulais pas vraiment. D’avoir ce comportement typique qui est de ne pas vouloir décevoir les gens et d’utiliser mon corps pour y arriver. Et de devoir remettre en question l’amitié homme/femme parce que je ne suis plus certaine que ça existe pour vrai, finalement. Parce qu’en ce moment, j’ai plutôt l’impression que j’offre mon corps aussi facilement que mon gin tonic quand j’invite quelqu’un à passer du temps avec moi, alors que ce n’est pas du tout mon intention pis je ne suis pas vraiment à l’aise avec cette idée-là.

Anonyme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre