Menu

À chaque chandelle que je souffle, j’ai l’angoisse qui me pogne au ventre

À chaque chandelle que je souffle, j’ai l’angoisse qui me pogne au ventre. Il est passé où le temps? Quand la seule chose qui importait était de mettre la bonne quantité d’eau dans la vodka de ses parents. Le temps est passé sans que j’en prenne conscience. Je me suis réveillée un matin avec des responsabilités plus importantes que de trouver le outfit parfait pour mon party de sous-sol du vendredi soir.

Quand est-ce que j’ai arrêté de soutirer 20 $ à mes parents pour aller au cinéma ou juste pour m’acheter des cochonneries? Je ne me souviens pas du matin qui a fait en sorte que je n’ai plus du tout envie de veiller tard le soir et encore moins d’aller au bar.

Au secondaire, on pensait qu’on avait mille choses à faire, mais à part nos activités extrascolaires et un devoir de math qu’on négligeait, il n’y avait pas grand-chose de bien stressant. La fin de semaine, on allait s’intoxiquer le petit corps en rêvant à nos 18 ans où l’on ne serait plus obligé d’attendre devant le dépanneur pour se faire sortir une caisse de 12.

La bonne nouvelle c’est que d’être adulte (ou presque) ça t’enlève le temps de te soucier de ce qui ne compte pas. Ça élimine tous les gens toxiques, ça oblige à faire une sélection naturelle de nos amis. On n’a plus le temps de se préoccuper trop de notre apparence, on peut même remettre le même outfit plusieurs fois. On ne s’en fait plus du tout pour notre bronzage l’été parce qu’on va seulement dehors le temps d’une sangria. On n’a plus des jours complets à se prélasser au soleil pour être belle à notre bal.

L’autre bonne nouvelle c’est qu’on boit du bon vin. Qu’on a laissé faire les drinks sucrés qui te font vomir!

On a aussi grandi un peu. On fait la bise et tout ça. On s’assume plus que l’ado en nous qui trouvait que tout était gênant. On a nos amis proches qui ne nous jugent pas et qui nous connaissent au complet. On a plus besoin de dire des choses qu’on ne pense pas pour plaire aux gens populaires. On est un peu plus vrai.

À chaque chandelle qu’on souffle, on se connaît un peu mieux.

Crédit photo: Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de