Menu

Une vie professionnelle atypique

J’ai toujours eu de la difficulté à prendre des décisions sur mes choix professionnels.

Mon histoire a commencé à 4 ans :

Moi, plus tard, je rêve d’être une chanteuse.

Moi plus tard, je rêve d’être une espionne ;

Vétérinaire ;

Photographe ;

Avocate ; 

Vétérinaire ;

 Écrivaine ;

 Vétérinaire.

Pis depuis les 5 dernières années :

Graphiste, biologiste, éthologiste, philosophe, travailler en politique, psychologue, artiste, photographe, directrice artistique…

Malgré le fait que j’ai changé 2x de domaine (Cégep : science naturelle à art visuel et université, biologie à design graphique), je n’ai pas d’objectifs de carrière fixe, et ce, même si j’entame la 3e année de mon baccalauréat (oui, je compte le terminer). En fait, je veux faire un peu tout ça, en même temps, quand les occasions s’offriront à moi.

Malheureusement pour moi, je ne peux pas passer ma vie sur les bancs d’école et pour combler ma soif d’apprentissage, je dois m’arranger. Sauf que je ne veux pas devenir une mini-spécialiste dans un domaine spécifique en faisant 6 doctorats sur un sujet long comme un paragraphe tellement il est spécialisé. Non, je veux toucher à plusieurs choses. Je veux toucher à la science biologique, à la psychologie humaine, à la sociologie, à l’art, à la politique…

Des fois, je me sens un peu en décalage par rapport à mon époque. Je m’identifie aux humanistes du temps de Léonard de Vinci. Pas que j’ai la prétention de dire que j’aurais réussi autant que lui, mais si l’on oublie que je suis une femme, pis que je suis née environ 300 ans plus tard, je pense qu’on m’aurait moins jugé de ne pas me « brancher » sur ce que je veux faire. Que ma multitude d’intérêts aurait même été à mon avantage.

Par exemple, dans la même semaine, j’aimerais : construire un meuble en bois, parler du problème d’eutrophisation de mon lac et trouver des solutions, faire une série photo, parler de l’autisme et du système scolaire inadapté pour ces derniers, continuer mon recueil de poésie pis expliquer à mon ami que son chat digère mal sa nourriture à base de maïs, parce que les chats digèrent mieux les sources de protéines animales pis lui expliquer.…. Bref, supposons que j’ai les connaissances dans tous ces domaines qui n’ont pas nécessairement de liens entre eux, vas-tu accepter le cocktail que je t’ai préparé à base dalcool québécois sans avoir suivi un cours de mixologie, ou tu vas trouver que je manque de crédibilité (ou qu’il est surement mauvais, étant donné que je n’ai pas de cours, pis que ce n’est pas un gin-tonic)?

En gros, si tu sais tout ça de moi, vas-tu me prendre au sérieux? Vas-tu me trouver mêlée? Vas-tu me juger si je te dis que je postule pour le poste de chargée de projet, quand je fais mon cours en design graphique, pis que selon les papiers, j’ai zéro expérience là-dedans?

En ce moment, mon avenir est incertain. Dans le sens où, en sortant de mon baccalauréat, je ne m’attends pas à une job 9 à 17 h traditionnelle, pis de toute façon, ce n’est pas ça que je veux. J’aurai peut-être 2-3 jobs à temps partiel ou un contrat de 1-2 an à temps plein. Je ne sais pas trop, pis ça me convient. Je suis ouverte aux occasions qui vont s’offrir à moi. Et si je suis en précarité financière trop longtemps, ben je me trouverai une job poche le temps de payer mon loyer et avancerai mes projets personnels en parallèle. Ça se peut aussi que pendant 4 mois je me ramasse à travailler 60 h par semaine parce que je suis sur un gros projet pis que je mets mes projets personnels de côté et ça me convient aussi.

L’avantage de choisir le domaine des arts, c’est la flexibilité que ça m’apporte et l’ouverture d’esprit des gens du milieu. Donc, on risque de moins me juger si j’ai une 10e de job sur mon CV à 30 ans. En tout cas, j’espère.

En attendant, je vais continuer de cultiver mes intérêts variés pis espérer que le nom de mes diplômes ne me fasse pas perdre de la crédibilité dans d’autres domaines. Je te dis, je peux aider ta fille avec ses cours de science du secondaire. Sinon, je pourrais toujours essayer de leur sortir que je suis la petite -petite-petite […] petite cousine de Léonard de Vinci, pis ça va peut-être mieux passer.

…….. Ou pas.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de