Menu

Une réorientation de carrière… Jamais trop tard!

Dans la dernière année, j’ai eu la chance de réaliser que je travaillais dans un domaine qui ne me plaisait plus du tout. Au début de ma carrière, j’apprenais beaucoup, j’étais stimulée par le milieu de mon emploi et je me voyais évoluer là-dedans longtemps. Malheureusement, après quelques années, j’ai fait le tour et j’ai ressenti le besoin de relever de nouveaux défis. J’ai fait quelques mauvais choix d’emplois qui m’ont permis de réaliser que je n’étais tout simplement pas heureuse dans le domaine dans lequel je travaillais depuis tout ce temps, et que je n’occupais pas des postes qui me permettaient de me dépasser. Quand on a un emploi stable, des paiements et une routine qui demandent un certain niveau de vie, la décision d’un changement de carrière peut être difficile à prendre puisque ça implique pas mal d’incertitudes, la possibilité d’un retour aux études et l’impression de recommencer à zéro. Aussi, notre entourage peut parfois tenter de nous influencer sur le fait que c’est peut-être une mauvaise passe, que c’est notre attitude le problème, ou encore il peut tenter de nous rassurer en disant que c’est normal de ne pas aimer tous les jours ce que l’on fait. Dans une société de performance qui va vite comme la nôtre, cette remise en question est souvent incomprise. Pour ma part, je suis d’avis que l’on passe la majeure partie de notre temps au travail, et donc que c’est important d’être heureux et de se sentir bien dans ce que l’on fait. Je comprends qu’il y aura toujours des tâches que l’on aimera moins et des journées, des semaines, plus difficiles et que ça, c’est normal, c’est la vie.

C’est compliqué de savoir ce que l’on veut faire de notre vie en terminant le secondaire, généralement vers 17 ans. On est tellement jeunes et on a peu, voire pas d’expérience de travail qui peut nous aider dans la projection d’un avenir professionnel. Il y a des outils et des personnes pour guider les jeunes dans cette démarche, mais je crois que, pour la plupart, le choix se fait de manière instinctive et peu réfléchie. Personnellement, à cet âge-là, je me préoccupais pas mal plus de ma vie sociale que professionnelle! On nous encourage à poursuivre nos études entre le secondaire et le cégep, puis à enchaîner directement avec l’université pour un premier cycle, et parfois un 2e et un 3e cycle. Si la réflexion n’a pas été approfondie en cours de route, on poursuit le parcours prescrit sans trop se poser de questions. En terminant, on est tellement heureux d’avoir terminé et d’enfin gagner un salaire qu’on ne se demande pas vraiment si on aime notre travail. J’ai souvent pensé : ce n’est pas vrai que j’ai étudié toute ma vie pour ne pas aimer ce que je fais! Ben oui, ça se peut, j’en suis la preuve et je sais que je ne suis pas la seule!

changement carrière réorientation
Source

Alors voilà où j’en suis! Des années d’études et 7 ans d’expérience dans un domaine professionnel plus tard, un constat s’impose à moi : je dois me réorienter. J’ai cessé de travailler, le temps de réfléchir à tête reposée en me basant sur l’expérience que j’ai acquise dans les dernières années et sur ce qui me motive dans la vie. Pour aider à ma réflexion, je sentais que j’avais besoin d’un petit coup de main parce que j’étais vraiment dans le néant. Des amis m’ont parlé d’un service d’orientation offert par l’organisme Option-travail que j’ai finalement décidé d’appeler, me disant que je n’avais rien à perdre. En plus, ce service est généralement gratuit, ou à très faible coût dans certains cas. Sur place, on m’a fortement conseillé de faire un parcours intensif de 5 jours en deux semaines qui me permettrait de faire le tour de mes compétences, aptitudes, tempérament, intérêts, valeurs, etc., etc., ce qui m’aiderait à me positionner plus rapidement. J’avais encore en mémoire les tests que j’avais faits au secondaire et qui m’avaient donné un résultat de carrière vraiment pas rapport, alors je suis arrivée là sans attente. À ma grande surprise, je suis sortie de ces 5 jours intensifs d’introspection étonnée par les résultats. Les emplois suggérés font tellement de sens avec mes valeurs et mes ambitions, que je me surprends de ne pas y avoir pensé moi-même! En plus, l’accompagnement se poursuit, au besoin, en rencontre privée pour répondre aux questionnements et s’assurer de faire le bon choix en bout de ligne. Ils peuvent même t’aider à pratiquer les entrevues d’embauche, à refaire ton CV, à chercher un emploi, etc. Je parle de cet organisme, mais plusieurs conseillers.ères en orientation qui travaillent ailleurs sont super compétents.es et c’est souvent remboursé par les assurances collectives!

Je suis vraiment heureuse d’avoir pris ce temps de réflexion, et je me sens déjà mieux à l’idée de ne pas avoir à retourner dans mon ancien domaine. Je vais prochainement trouver un métier qui correspondra à mes valeurs et dans lequel je risque de m’épanouir davantage puisque je connais maintenant mes compétences et mes limites. Sachant qu’il me reste environ de 30 à 35 ans à travailler, je pense que ça vaut vraiment la peine. La génération à laquelle j’appartiens, la génération Y, a une moyenne de rétention à l’emploi d’environ 3.5 ans, et on recherche le bonheur au travail. En sachant ça, je me sens vraiment moins seule au monde!

Alors, si toi aussi tu as l’impression de ne pas être au bon endroit dans ton travail au quotidien, je t’encourage fortement à prendre le temps d’y réfléchir et à faire des démarches en ce sens. Parfois, les résultats sont étonnants et n’amènent pas nécessairement des changements drastiques dans notre vie comme un retour aux études à temps plein. On passe tellement d’heures au travail dans une année qu’il est important de retrouver un minimum de plaisir dans ce que l’on fait!

2 thoughts on “Une réorientation de carrière… Jamais trop tard!

  1. Je comprend tout à fait ce que tu as ressenti et je vis la même expérience. C’est très difficile de prendre une telle décision et d’avoir le courage de sortir de ta routine de confort. J’encourage toutes personnes à ne pas se forcer à rester dans un domaine qui ne leur apporte pas la satisfaction dont ils ont besoin.

  2. Entièrement d accord avec votre témoignage. Il y a tellement de choses à faire évoluer dès la période scolaire pour « éviter » une mauvaise orientation suite à de fausses représentations d’un métier ou d un diplôme.
    De même que la mobilité professionnelle doit évoluer, et sortir de cette vision d un emploi unique dans un seul domaine surfant toute sa vie…
    C est ces idées et cette vision que j essaie de transmettre dans mon activité de conseiller en orientation professionnelle, mais trop peu de personne saute le pas et décide de changer professionnellement parlant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de