Menu

On ne guérit pas de l’anxiété

L’anxiété, ce n’est pas comme un rhume qui part après trois ou quatre jours pis des Advil. Parce que malgré les thérapies, les antidépresseurs et la meilleure hygiène de vie, l’anxiété ne disparaît jamais complètement. On apprend seulement à vivre avec.

On ne guérit pas de l’anxiété. On la cache dans un coin de notre cerveau en espérant qu’elle ne ressortira pas dans les pires moments. On essaie de la dompter, de la comprendre, de l’apprivoiser.  De ne pas la laisser gagner.

L’anxiété, c’est des hauts et des bas. Des vagues, des montagnes russes, appelle ça comme tu voudras. Des jours calmes, des jours houleux. Des jours où j’oublie presque mon trouble d’anxiété généralisé. Des semaines entières sans la moindre pensée anxieuse dans mon cerveau, ou presque. Des semaines où je me sens capable de la refréner avant même qu’elle arrive. Il m’arrive de croire qu’elle est disparue et qu’elle ne reviendra plus jamais me hanter. Souvent, je ne suis même pas capable de m’imaginer le feeling de sa présence.

Et il y a des jours où j’ai l’impression de me définir que par elle. Des jours où l’anxiété l’emporte. Elle prend toute la place, me fait perdre tous mes moyens. Me fait oublier de quoi à l’air l’existence normale. Elle me pèse sur les épaules. Des milliers de pensées en tourbillons qui m’empêchent de réfléchir comme une personne sensée.  Et je me sens prise au piège, comme si jamais je n’allais sortir de cette sensation.

Et ça passe. Comme toujours. Et ça revient. Je suis pas mal plus zen depuis que j’ai compris que ça va toujours revenir. Dans un mois, une semaine, un an. Au moins, l’effet de surprise n’est plus là quand elle arrive sans crier gare. Je l’attends presque.

Et ça passe. Comme toujours. Et ça revient. Et ça reviendra. Pis c’est correct. Parce qu’on ne guérit pas de l’anxiété.

Source

14 thoughts on “On ne guérit pas de l’anxiété

  1. Je comprends ton sentiment, j’ai moi-même fait de l’anxiété pendant un an, tous les jours ou presque. Maintenant je n’en fais plus, où quand j’en fais, je suis capable de me calmer en 5 minutes parce que je la comprends. L’anxiété se guérit et c’est prouvé, j’en suis la preuve vivante. C’est juste un signe que tu dois réparer des choses dans ta vie. Ne perd pas espoir, si tu es capable de la comprendre et de savoir pourquoi elle vient, elle partira. Et si elle revient, tu ne la verras plus comme une ennemie!

    • Exacte il faut apprendre a vivre avec et accepter que la vie est ainsi faite pour tout le monde .. comme le dit ci bien le texte : on apprend a la comprendre et l’apprivoiser. La maladie du siecle en gestion d’emotions. Vouloir chercher des trucs et faire reset a la programmation de son ordinateur central remplie dinformations. On ne nie pas l’inconfort du moment et des sentiments feeling destructeurs .. on fais avec, on le laisses venir, on l’accepte et on le remercie de me prevenir que j’ai depasse ma limite de stress aujourdhui. Ensuite, on laccompagne, on respire et on repart pour dautres bons moments plus amusants a vivre et on apprecie etre un humain avec un coeur, des projets et des emotions. Merci la vie de me permettre dapprendre chaque jour a me decouvrir avec mes petits et grands defis quotidiens xxx

    • Ça ne se guérit pas, ça se contrôle… Et encore, souvent pas sans aide. C’est comme la plupart des troubles mentaux, ça demande parfois médications, thérapies, changement léger ou drastic de mode de vie, méditation (meh). Ça part jamais vraiment, ça revient de temps en temps. Souvent, moins fort que les premiers épisodes, certes… Mais ça revient quand même, on est seulement plus préparés, à l’avenir.
      Mais non, ça se guérit pas. C’est un débalancement chimique dans le cerveau. Ça se contrôle, ouais. Sans plus.

  2. Bonjour Anne, moi j’ai au TAG comme elle décrit dans le texte. Il y a differents niveaux d’anxiété, le TAG (trouble anxieux généralisé) ne se guérit pas car c’est un problème physique et non psychologique. Crois moi, même si tu change ta vie pour le mieux il te hante toujours , vaut mieux apprendre avec le vie est plus douce a ce moment là. Nous sommes 30% de la population a souffrir d’un trouble anxieux, a différent niveau . Je te souhaite une belle vie !!

    • Bonjour annie,

      Vous avez peut etre l’impression que le TAG est une maladie physique, mais c est belle et bien un trouble psychologique qui engendre des symptômes physiques et un débalancement chimique (augmentation de sécretation du cortisol). Il est possible d’apprendre à vivre avec l’anxiété et découvrir qu’ est ce qui se cache derrière….des émotions. L’anxiété a une fonction importante, cela nous indique qu’ il se passe Quelque chose dans notre vie et qu’on doit s y attarder.

      Certaines personnes ont besoin de médicaments pour l’affronter, mais il est aussi possible de le faire par soi-meme, la psychothérapie aide beaucoup.

      • Bonjour Kathleen ,
        Pour ma part je prends des médicaments depuis un peu plus de 17 ans , nous avons essayé de faire des sevrages à plusieurs reprises, sans succès. J’ai consulté plusieurs spécialistes, fait des thérapies et crois moi même si je voulais beaucoup beaucoup ça ne passera pas. Ma mère a un TAG, J’ai un TAG et ma fille l’a aussi. La psychologue m’a bien expliquée que je devais vivre avec . Je trouve ça dommage que des gens pensent encore que ça se passe dans notre tête…. Il y a des médecins aussi qui pensent que nous sommes des patients capricieux . Moi J’ai eu de la chance , au nombre de médecin que J’ai vue, J’ai toujours été écouté avec respect .

  3. Je connais très bien l’anxiété aussi je pense qu’elle m’a été donné à ma naissance . Déjà enfant
    j’étais anxieuse aujourd’hui je peux dire que je peux la contrôler un peu plus mais elle est toujours là tout près à me sauter dessus pas facile à vivre. Je déteste les périodes de ma vie ou l’anxiété me dévore ou prend des moments de ma vie sans que je puisse faire qu’elle que chose pour moi … pour me sortir à jamais de ce piège…..
    Très intéressant de vous lire.

  4. Je suis en train de commencer le processus de thérapie, je commence à prendre des rendez-vous pour essayer de comprendre ce qui se passe. Je vie avec l’anxiété depuis 1 an et demi, mais avec ce qui est maintenant un TAG depuis environ 8 mois. J’ai hâte de voir la lumière au bout du tunnel, d’apprendre à la contrôler et vivre avec.

  5. L’anxiété = peurs, craintes, croyances limitatives enfouies en nous….dans notre inconscient. Il faut apprendre à gérer nos peurs et à libérer les croyances négatives….plusieurs approches permettent d’y arriver: soins énergétiques, hypnose…

  6. J’ai été diagnostiqué avec un TAG à l’âge de 18 ans et j’en ai 40.
    J’ai TOUJOURS été hyper anxieux depuis le plus loin que je me souvienne. J’ai vraiment la certitude que je suis né avec comme avec ma couleur de mes yeux.
    ça fait 20 ans que je suis en thérapie, les premières années on me disait que ce n’était QUE psychologique puis voyant que ça ne passait pas, la documentation médicale s’enrichissant aussi, on a fini par m’avouer qu’on s’en débarrasse JAMAIS, on apprend à la contrôler. Sauf que pendant toutes ces années où on m’a culpabilisé de ne pas pouvoir faire disparaitre un trouble qui n’est « Que dans la tête » ça gâche encore plus la vie et ça fait régresser…..

  7. Moi je me suis guérit de l’anxiété, crise de panique, spasmophilie avec les soins d’auto-guérison, travail shamanique de rapatriement de fragment d’âme, accepter de vivre dans la présence en m’enracinant pour accepter de vivre ma vie émotionnelle, accepter que je ressens les émotions des autres et que je dois me libérer régulièrement de ce qui ne m’appartient pas. Être hypersensible et kinesthésique me demande d’être dans le présent, dans la conscience de mon être et dans la connexion pour avancer dans ce que je suis. Ne plus être dans la projection de l’illusion de la peur, du manque, de l’insécurité parce que je me coupait de ma lumière, de mes émotions et de la vie ! Vivre la vie dans la joie, le plaisir et le bonheur de la création du chemin que nous voulons marcher un pas à la fois ! C’est ce choix que je tente de faire chaque jour ! Merci la vie ! Ces épreuves m’ont amené à choisir la vie et à découvrir que la lumière même une étincelle est plus forte que toute la noirceur alors maintenant j’ai toujours une lampe de poche pour être certaine que j’ai toujours ma lumière avec moi ! ❤Ysabeille ❤

  8. Moi, je suis coincé encore et en arrêt de travail. Un emploi ou j’adorais le mandat. mais un patron qui comprend pas les tempéraments different il nous maintient dans le stress.
    Je ne suis pas arrivé a me soustraire de cette pression alors je suis tombé …
    Quand je suis en contrôle je suis une bonne personne aidante vivante et efficace mais quand je suis en anxiété, je me sans comme une petite fille qui connaît rient et qui a pas de repères.
    Je dois travailler… et comment m’adapter au travail quand on est anxieux. Perte de mémoire, fatigue physique (je dormirais 20h sur 24h) et peur de pas être compétente car J’oubli tous comme si j’avais plus accès a mon cerveau et ma mémoire . Quoi faire??

  9. Beau texte, mais j’ajouterai comme commentaire :

    L’anxiété est effectivement un état d’une personne… cette personne souffrant de l’anxiété est toujours propice à succomber à l’anxiété… Par contre, l’anxiété peut s’apprivoiser… c’est dur, mais c’est démontré… c’est comme la dyspraxie motrice, la dyslexie et d’autres conditions ou états personnels : c’est plus compliqué pour quelqu’un d’apprendre ou de contrôler certains mouvements ou de bien lire, ça demande de l’effort, de la volonté, de la concentration, de l’acceptation, il faut aussi savoir compter sur les autres et exercer le « lâcher prise » à l’occasion. Il faut identifier les sources/moments qui nous font vivre l’anxiété et regarder les options en fonction de ces memes sources…
    Mais l’Humain a traversé différentes épreuves depuis des siècles, et les a toujours surmontées en innovant, s’adaptant, se contrôlant, comprenant, ….

    Il faut accepter cette condition et ne pas la minimiser pour ceux qui n’en sont pas atteints, mais d’un autre côté il ne faut pas que ceux qui en soient atteints se cachent derrière cette condition et s’empêchent d’avancer ou renoncent à tenter d’apprivoiser ses symptômes, de gérer ses embûches…

    Très beau texte, qui peut aider à faire comprendre l’anxiété à ceux qui ne le vivent pas, mais ne doit pas servir de bouée ou d’excuse à ceux qui vivent cette meme anxiété.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de