Menu

Je passe mon temps à espérer te croiser par hasard

Je sais pas pourquoi je fais ça. C’est pas parce que je m’ennuie, ni parce que je veux qu’on se recroise pour qu’on se retrippe dessus.

J’ai juste envie de te voir, par hasard, que ça nous fasse sourire tous les deux jusqu’aux oreilles, qu’on se souvienne d’à quel point on s’entend donc bien, qu’on se brasse la nostalgie dans le bas du ventre, juste pour le fun de voir c’que ça fait dans nos yeux pis dans nos lèvres.

Genre on veut-tu encore autant se « frencher »? On se regarde-tu encore avec des yeux qui brillent comme le pont Jacques-Cartier brillait la fois qui faisait son frais avec son show de lumières?

Te croiser par hasard comme pour me mettre au test, pour voir si je suis vraiment heureuse sans toi, pour voir si j’ai pas envie de brailler ou de te texter direct en rentrant chez moi.

Je te cherche sur les quais de métro, dans les festivals, quand je marche dans ton quartier. Pis je te trouve jamais, et c’est sûrement mieux comme ça dans l’fond.

Un cherche et trouve de sentiments, pour vérifier si tout fonctionne encore en dedans, si j’ai encore des émotions pis de l’amour pis des souvenirs à brasser, pour me sentir en vie.

Il y a quelques années je faisais tout pour ne pas croiser un de mes ex, et j’arrêtais pas de le croiser par hasard à la station Papineau. Une surprise matinale ma foi succulente question de partir ma journée du bon pied. J’avais même fini par marcher jusqu’à Beaudry parce que j’en avais plein mon casque de croiser Voldemort en me rendant à l’école. La boîte à lunch en bandoulière n’est pas le genre de look glorieux que je cherche à avoir devant les ex qui m’ont fendu le cœur en deux-quatre-mille.

Et toi, même si je te cherche, même si je suis à l’affût, lionne en chasse, je te trouve pas.

T’es où si t’es pas dans les mêmes foules que moi hein? T’as déménagé? T’aimes pu les mêmes choses qu’on aimait ensemble? T’as changé?

Peut être que c’que j’aime au fond c’est l’espoir, c’est l’histoire que je me raconte, le scénario que je m’invente du « si on se croisait ».

J’ai toujours aimé ça me raconter des histoires, pis j’ai toujours aimé ça m’ennuyer de mes bonnes vieilles histoires d’amour.

Alors je te cherche dans les foules, comme si j’allais miraculeusement voir ta casquette verte parmi les têtes, même si je sais très bien que c’est moi qui l’ai gardée cette casquette-là.

Ça me rassure on dirait, de me faire croire que t’es pas complètement-complètement parti de ma vie…

À bientôt, peut être.

Source photo de couverture

One thought on “Je passe mon temps à espérer te croiser par hasard

  1. Virginie, je lis souvent tes textes et tu sais pas a quel point je te trouve géniale, vive d’esprit, ingénieuse avec tes expressions et tes racontages ! je t’adore, et continue, tu m’épatates !
    Ta tite tite cousine, Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de