Menu

Les moyens de contraception féminins, parfois très contraignants

*Je vous présente une liste non-exhaustive de moyens contraceptifs qui représentent mon expérience personnelle. Si vous voulez connaître les autres et obtenir les détails des avantages, des inconvénients et des effets secondaires, je vous invite à visiter ce site Web.*

Cette semaine, j’ai passé mon deuxième test de grossesse de l’année. Pas que je ne me suis pas protégée, mais, selon les statistiques, j’ai 6 % de chance de tomber enceinte. Je préfère payer 10 $ pour un test que de stresser pendant 9 mois pour être sûre que je ne le sois pas, parce que je n’ai plus de règles.

Je prends l’injection hormonale depuis bientôt 6 ans. Mon corps supporte très bien cette méthode, les effets secondaires sont minimes et je n’ai plus de règles depuis 6 ans. Mes règles étaient super douloureuses, donc, pour moi, c’est un gros avantage. Comme effet secondaire, j’ai un plus grand appétit la semaine après m’être fait injecter, sinon je ne ressens rien.

Par contre, je dois changer bientôt de mode de contraception, parce que le plus gros effet secondaire de celle-ci est la réduction de la densité osseuse sur le long terme. Selon les médecins, c’est plutôt une méthode de contraception « en attendant » d’en trouver une autre, et l’utiliser pendant 6 ans, c’est quand même une longue période.

Bref, je dois changer, mais selon les effets secondaires potentiels et ce que j’ai déjà essayé, mes choix sont plutôt limités et contraignants.

J’ai commencé la pilule à 14 ans pour réguler mes règles et en espérant qu’elles me feraient moins souffrir. La pilule me donnait des effets secondaires vraiment désagréables tels que des maux de cœur, une irritabilité accrue et beaucoup de boutons. De plus, j’oubliais souvent de la prendre. L’efficacité de la pilule est à son maximum lorsqu’elle est prise régulièrement et à la même heure, ce qui m’était presque impossible.

Lorsque j’ai eu mon premier partenaire sexuel régulier, j’ai changé pour l’anneau vaginal, que j’ai pris en continu. L’anneau vaginal est un anneau qu’on introduit dans le vagin qui sécrète des hormones et qui doit être changé une fois par mois. Le taux d’efficacité est de 99,7 % théoriquement. Après 3 mois, je n’avais plus de règles. Cette méthode m’a convenu pendant 2 ans. Les effets secondaires étaient minimes. L’insérer les premiers temps était difficile, mais j’ai fini par m’habituer.

Anecdote cocasse : j’en ai déjà porté deux en même temps, parce que j’avais oublié de retirer le dernier avant de mettre le nouveau. (LOL)

C’est seulement qu’après 2 ans, mon corps n’acceptait plus vraiment cette méthode. Je me suis ramassée à faire du spotting et être « semi-menstruée », n’importe quand, et les maux de cœur et compagnie sont revenus. En parlant au médecin du fait que je ne suis pas tant capable d’être régulière sur la prise d’un médicament, il m’a proposé l’injection.

Seul hic, je ne pouvais pas garder cette méthode éternellement. On m’avait dit environ 5 ans. Donc, aujourd’hui, je regarde à nouveau les différentes options.

Voici les 3 options de contraception qui me semblent les plus intéressantes.

Le stérilet en cuivre

Ce dernier est bon entre 5 et 10 ans selon les marques et est composé, entre autres, de cuivre. Il peut aussi être utilisé comme contraceptif d’urgence (et être gardé), jusqu’à 5 jours après une relation sexuelle non protégée.

Les avantages : 

Il n’est pas hormonal, c’est plutôt le cuivre qui vient réagir avec les spermatozoïdes comme spermicide. Ça crée un environnement défavorable à la fécondation (efficacité entre 94 et 99 % selon les marques).

C’est une méthode qui ne requiert pas d’avoir à s’en rappeler. À part les consultations chez le médecin aux 6 à 12 mois, et plus souvent durant les premiers mois d’utilisation, cette méthode ne nécessite pas de faire grand-chose.

Les inconvénients :

Dans les effets secondaires possibles et fréquents : avoir des règles plus douloureuses. 

Est-ce que ça me tente vraiment de recommencer à avoir des règles et qu’elles soient plus douloureuses? Pour vous donner une idée, mes règles m’entraînent une journée par semaine à pleurer dans mon lit dans le noir, parce qu’en plus d’avoir une migraine, j’ai mal au ventre et aux muscles. Avoir plus mal que ça? Je ne suis pas certaine.

Le stérilet hormonal

Celui-ci libère une hormone progestative et il est efficace entre 3 et 5 ans selon les marques. Il agit de 3 façons : il amincit la paroi de l’utérus, ce qui nuit à l’implantation d’un ovule fécondé, il épaissit la glaire cervicale, ce qui rend difficile le passage du spermatozoïde et, chez certaines femmes, il empêche l’ovulation.

Les avantages :

C’est une méthode qui ne requiert pas d’avoir à s’en rappeler. Il y a des rendez-vous chez le médecin pour s’assurer que tout est correct après la pose (entre 4 et 12 semaines) et ensuite, une fois par année.

Chez certaines femmes, il y a arrêt des menstruations après un certain temps (pour moi, c’est un plus, pour les raisons mentionnées plus haut)

Les inconvénients :

Spotting, boutons et symptômes dépressifs. Les hormones ont des effets qui sont variés et uniques à chacune. Malheureusement, il est difficile de les prévoir et ça dépend de chaque personne. Étant donné que j’ai des tendances dépressives, le fait de prendre quelque chose qui pourrait augmenter ces symptômes est un gros frein à choisir cette méthode.

Finalement, mon copain m’a parlé de la méthode du calendrier

Le calendrier est une méthode naturelle où on se fie aux moments où on est plus fertile et moins fertile pour utiliser ou non le condom.

Dans mon cas, étant donné que je fais du vaginisme, le condom pète 9 fois sur 10. Le risque étant trop grand, j’ai préféré ignorer d’emblée cette option. Par contre, si elle vous intéresse, si vous suivez les étapes à la lettre, son taux d’efficacité théorique est de 95 % (il n’y a pas de taux d’efficacité pratique connu, malheureusement). Vous pouvez en apprendre plus ICI.

Donc, après toutes mes recherches, je ne sais toujours pas ce que je vais choisir. Je trouve ça difficile d’accepter que mes choix se résument à me contraindre, à avoir des effets secondaires quand même importants ou à être exposée à des risques importants de grossesse.

Si vous souhaitez me partager vos expériences pour m’aider à faire un choix ou encore me partager vos inquiétudes, pour qu’on se sente un peu moins seules, vous êtes bienvenue!

Pour plus d’informations sur les méthodes contraceptives mentionnées et les autres, vous pouvez visiter les onglets de ce site.

Consultez toujours un.e professionnel.le de la santé afin de faire un choix éclairé.

Source

One thought on “Les moyens de contraception féminins, parfois très contraignants

  1. Je fais parti du minime pourcentage de personne ayant eu un caillot qui a monté à mon cerveau et qui m’a fait perdre la vue pendant un bon 20 min. Par chance, le caillot n’a pas créé d’ACV, mais je ne peu plus prendre le Nuvaring ou la pilule pour l’instant. Je suis encore en recherche de ce que je ferai… J’ai quelque prises de sang à passer, car mes menstruations  »naturelles » ayant été douloureuses et assez souvent très irrégulières, je dois écarter d’autres possibles problèmes comme le syndrôme des ovaires polykystiques. Bref, je n’ai pas de réponse pour toi, mais j’ai de la compassion pour ton cheminement, car je me suis mise à me poser toute ces questions aussi. Je nous souhaite de trouver une solution adéquate à nos situations respectives xoxo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de