Menu

Le « vrai » camping

Faire du vrai camping, pour moi, c’est remplir son sac à dos et choisir une destination. Dans cette définition, je n’inclus donc pas les roulottes et autres motorisés de luxe comportant un vrai matelas de lit. Bien que mes parents m’aient fait découvrir leur amour de la nature de cette manière, je trouvais que la télévision avec élévateur électrique dans le salon de la roulotte n’était pas cohérente avec le principe de « faire du camping ». En fait, c’était pratiquement une mini-maison. On avait chacun notre chambre, la cuisine était grande et mon père avait même construit un petit bar en bois à l’extérieur pour faire ses fameux shooters durant les soirées un peu trop arrosées.

Un peu plus tard, j’ai découvert pourquoi je ne considérais pas ces vacances comme du camping. En fait, pour moi, le camping, c’est le retour à la nature, la simplicité. C’est de laisser de côté son cellulaire pour regarder le paysage autour de soi plutôt que celui de la photo de ta chum qui est au Portugal. C’est de laver sa vaisselle avec le peu d’eau qu’il te reste. C’est de prendre le temps de monter une tente ou de trouver les arbres parfaits pour y attacher ton hamac. C’est de rire après avoir imaginé un million de scénarios tirés de films d’horreur lorsque tu entends un petit craquement proche de ton campement durant la nuit.

Bien entendu, pour certain.es, le camping est synonyme de « moustiques qui te redonnent l’allure que tu avais la fois que tu as eu la picote ». Pour d’autres, il peut faire remonter les mauvais souvenirs de la tente qui baignait dans l’eau après une nuit orageuse. Pour ma part, c’est un moment où on délaisse notre monde de surconsommation et qu’on préconise le minimalisme. Un sac à dos avec quelques vêtements, un brûleur, une bonbonne, une tente/un hamac et un sleeping bag. Et voilà, tu peux survivre plusieurs jours en nature avec des rations que tu as préalablement apportées.

Tu peux alors profiter d’une belle journée de camping. Un réveil sans alarme assourdissante. Une planification de la journée faite en prenant le déjeuner. Aucun stress provenant de la vie routinière chargée. L’absence de quatre murs autour de toi fait simplement amplifier ton sentiment de liberté. Ainsi, le hamster qui court constamment dans ta tête peut prendre une petite pause.

Le camping, ça signifie donc de prendre le temps de s’arrêter et de respirer. Ne pas être entouré.e de personnes pressées et des stresseurs de la vie quotidienne. Ces moments-là sont rares et c’est dans des environnements paisibles loin des réseaux sociaux qu’on apprend à en profiter.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de