Menu

Quand tu seras tannée de faire attention

Tu regardes où tu marches. Tu fais attention à ce que tu dis. Tu ne veux jamais froisser personne. Tu longes les murs pour ne pas déranger; ton pas est léger, tu parles bas. Tu respires de manière égale afin de ne pas perturber l’air. Tu manges la bouche fermée. Tu suis religieusement les limites de vitesse et tu traverses sans exception aux passages piétonniers. Tu ne chantes jamais trop fort. Tu danses silencieusement, sans occuper l’espace, de peur d’égayer trop (ou trop peu) les regards curieux qui perdraient leur temps à contempler ta silhouette indécise en mouvement. Le coin d’une pièce devient rapidement ton meilleur ami lors des soirées mondaines que tu fréquentes pour éviter de froisser de ton absence ceux qui daignent t’y inviter. Tu fixes le sol pour ne pas croiser les pupilles curieuses des âmes épanouies rencontrées dans tes courtes apparitions publiques. Tu t’excuses. Partout. Tout le temps. À tout le monde. Même aux objets.

Bref, on dirait quasiment que tu essaies de ne pas exister trop fort. T’sais, au cas où.

Un jour, tu vas snapper.

Un jour, tu vas compenser pour toutes les fois où tu t’es oubliée.

Alors, assume tes convictions. Vis tes projets; jouis de l’existence!

La journée où l’on comprend que dans le fond, on s’en fou de ce que les gens peuvent bien penser, on commence à vivre. Parce qu’anyway, il va toujours y avoir quelqu’un pour ne pas être d’accord, pour être outré, quelqu’un pour être frustré des choix que tu vas faire dans ta vie. Au final, ce qui importe réellement, c’est que TOI tu sois à 100 % bien avec tes choix.

Ce qui se passe quand tu dédies ton existence à t’assurer que ta vie ne dérange personne, c’est que tu handicapes ton propre bonheur, et ça, ça mène à rien de bon. Crois-moi.

Je ne te dis pas de te foutre du reste du monde et d’agir de manière insouciante, loin de là. Mais des fois, trop, c’est comme pas assez. Sois ta priorité.

Ris fort, danse comme si personne ne te regardait, dis ce que tu penses et, de grâce, existe!

Quand tu seras tannée de faire attention, tu vas peut-être te rendre compte que toi aussi, tu vaux la peine d’être heureux.se.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de