Menu

Nostalgie de nos fins d’années au primaire

Alerte nostalgie. Retour à nos années d’insouciance, à nos moments passés au primaire. Rewind. Voilà, tout juste, on y est.

C’est le mois de juin. Ça rappelle les matins ensoleillés, ces moments où l’on pouvait enfin choisir pour vrai de porter nos shorts préférés qu’on voulait mettre tout l’hiver, mais qui, selon nos parents, étaient inadéquats pour les températures du mois de janvier. Pfff.

C’est le chant des oiseaux au levé du matin, la fébrilité d’être dans le dernier mois de l’année scolaire. Toute l’effervescence dans l’autobus, avec dans nos mains nos cordes à danser, nos ballons poires, nos Hacky et nos cloches à pied (petit souvenir des bleus sur l’os du pied, ouch!).

La fin d’année au primaire, c’est la multiplication des périodes libres à l’école, c’est le blitz de bricolage, la joie unique et indescriptible à l’idée de ne plus avoir de devoirs…

C’est nos sacs à dos qui s’allègent, notre cœur qui se remplit. C’est les récréations plus longues, où on ne perd pas 10 minutes à enfiler nos bottes, nos mitaines, notre bas de suit et compagnie. C’est le « privilège » de faire notre cour d’éduc dehors. On oublie les gymnases renfermés, on va dans la cour, on laisse les rayons de soleil réchauffer notre peau et le vent rafraîchir notre visage.

Et puis le moment tant attendu finit par arriver.

Quand retentit la dernière cloche, l’excitation est à son comble, les bras sont remplis de feuilles du ménage de notre bureau (pourquoi on retrouve neuf effaces, quatre crayons de plombs, trois pots de colle, quatre paires de ciseaux et trois mille Duo-Tang?) C’est la liberté la plus grande, la sérénité la plus enveloppante.

La fin d’année. Le sentiment du devoir accompli. La fébrilité de partir en vacances. De passer du temps en famille ou à jouer dehors. C’est la saison du camping, des journées chaudes et des baignades interminables avec nos amis (mais pas tout de suite après avoir mangé, qu’on nous disait…).

C’est l’arrivée des trampolines, des soirées autour du feu, de la liberté de se coucher tard. Fini, les dodos à 20 h… l’été n’a de limite d’heure que notre fatigue! Dehors, la routine planifiée au quart de tour! Au diable, le lait et l’eau, on boit du jus de raisin! On enfile les Mr. Freeze et les Popsicle à toutes les saveurs imaginables. C’est le temps des balançoires et des châteaux de sable, c’est le temps d’avoir du plaisir.

On est fin juin, on a huit ans, we’re living the life.

Aujourd’hui, fin juin, ce n’est pas la fin de l’année scolaire pour la majorité d’entre nous. La vie suit son cours, on a des obligations et il n’y aura pas de cloche pour annoncer le début de deux mois de vacances… Mais si je peux vous donner un conseil, sortez les tisanes et les gourdes d’eau, et sortez des routines et des quelques obligations. Payez-vous la traite avec du jus de raisin (ou du vin, c’est selon). On a peut-être plus huit ans, mais, au moins, on a l’âge pour trinquer!

Santé!

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de