Menu

Mon année de célibat

Un an célibataire.

Cette idée-là, d’être seule pendant un moment, de n’avoir aucune relation, fréquentation ni même flirt, sommeillait en moi depuis un moment, même en étant en couple.

La relation s’est terminée, ce n’était pas mon choix et ça ne l’aurait peut-être jamais été.

Malgré la peine de la perte, j’pouvais plus me mentir en me repentant que c’était une mauvaise chose.

Non!

Ç’a été la meilleure chose qui ait pu arriver dans ma vie, car inconsciemment, c’est ce dont j’avais besoin.

Cette rupture a engagé une étape de métamorphose incroyable en moi, car je me suis enfin retrouvée.

Je ne nie pas, par contre, la difficulté au niveau émotionnel. Ç’a fessé fort dans mes blessures. Une peine d’amour reste une peine d’amour. On se sent trahi.e, rejeté.e, abandonné.e, humilié.e avec un grand mélange d’injustice. C’est long, douloureux et c’est épuisant.

On a aussi droit à de merveilleuses phrases clichées qui font du mal à entendre. « Courage, le temps arrange les choses. »

Mais dites-moi, est-ce vraiment le temps qui arrange les choses, ou est-ce plutôt moi qui ai pris chaque moment pour fixer la personne que je suis dans l’instant présent?

Le temps n’est qu’une illusion. C’est le cumulatif de mes petites réussites personnelles, malgré la douleur, qui a permis d’augmenter mon estime au quotidien.

Ça m’a pris une grande humilité pour comprendre les raisons de cette rupture.

Je dois avouer que ce qui a été le plus douloureux, c’est de réaliser la rapidité à laquelle je me flushe constamment quand je suis amoureuse.

Le bout qui fait mal, c’est quand tu réalises que tu fais taire cette petite voix qui ne demandait que d’être avec toi-même.

Cette voix qui s’imposait silencieusement de plus en plus fort :

J’ai envie de te connaître.
Tu es qui?
C’est quoi tes rêves, tes buts, ta vision du monde?
Combien et comment tu t’aimes?
C’est quoi pour toi, l’amour?

Le fait d’avoir pratiquement toujours été en couple durant ma vie m’amenait constamment un filtre sur toutes ces questions. Elles étaient tintées par les perceptions, les choix ou l’opinion de l’autre.

Y’a une partie de moi qui s’est dit : pourquoi tu n’as pas parlé de ça avec ton partenaire à l’époque, de ton senti, au lieu de te flusher et de le ravaler.

Je vous assure que quand le conscient ne parle pas, l’inconscient fait son œuvre. Il le fait par des écarts silencieux, par des non-dits refoulés qui instaurent une barrière, et aussi par le fait de ne pas se comprendre et d’essayer de trouver 1001 autres raisons que la relation.

Je crois avoir livré le message que j’avais besoin d’être seule, que ça ne marchait pas pour moi sans m’en rendre compte.

Bref, cette personne a su lire en moi, avant moi.

Outch!

Si je reviens sur mon engagement, le fait d’être seule a amené de la clarté sur ma façon d’interagir dans mes relations affectives.

J’ai compris que si j’dis pas comment j’me sens honnêtement, c’est là que ça devient tendu entre nous, car c’est malhonnête.

J’ai aussi compris qu’une relation, c’est à deux, et pour pouvoir se réaliser à deux, il faut d’abord se comprendre tout.e seul.e.

Je me suis critiquée aussi au début, en me disant : « Tout ça par peur d’être seule? »

Pas juste ça…

J’ai développé de la douceur au fil de ces mois seule et j’ai réalisé que parfois, la dépendance affective a le dos large.

Nous sommes humains et partager sa vie avec quelqu’un est la normalité des choses pour tous les bienfaits que cela nous apporte.

Le bonheur, quand il est partagé, il se multiplie (très quétaine, mais aussi très vrai).

Soyez doux avec vous-même, nous sommes à la base des êtres d’amour.

Je sais sincèrement que cette relation a été plutôt constructive.

J’étais avec une bonne personne, mais tout simplement pas au bon moment.

J’ai appris, oui, durant, mais surtout après celle-ci.

J’ai énormément de reconnaissance aujourd’hui pour ça.

La vie nous apporte toujours des leçons sur soi-même.

Même si c’est douloureux et déchirant, elles permettent une liberté plus profonde, un plus grand bonheur si on décide d’investir dans son amour-propre.

Si je résume les avantages de mon engagement d’une année de célibat :

Elle m’a permis de développer une autonomie incroyable m’aidant à réaliser des rêves que je croyais inaccessibles.

Elle m’a aussi fait réaliser l’importance et la richesse de l’amitié.

Elle m’a permis d’apprécier ma solitude, d’établir une relation plus douce et aimante avec moi-même.

Elle m’a aussi appris à me faire confiance dans les différents choix qui s’offrent à moi et dans mes perceptions des événements.

Au final, j’ai réalisé que je ne suis jamais vraiment seule et que de vouloir me connaître a été la meilleure décision de ma vie.

N’oublie surtout pas : l’amour a un pouvoir attractif, surtout lorsque la source primaire provient de soi-même et qu’elle est suffisante.

Je vous laisse sur un petit bout magique du livre The sun and her flower, de Rupi Kaur,

It is when i stopped searching for home within others
And lifted the foundations of home within myself
I found there were no roots more intimate
Than thoose between a mind and body
That have decided to be whole

One thought on “Mon année de célibat

  1. Wow tu as mis des mots sur ce que j’ai vécu. Je ne pensais que me retrouver avec mon véritable moi-même me serait si bénéfique. Du coup, j’ai un peu peur de me retrouver à 2 même si aussi quétaine que ce sout je crois toujours au grand Amour et que j’espère le rencontrer un jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de