Menu

J’ai pas besoin de toi…

Je dois t’avouer que je pense parfois à toi quand mes journées sont longues et pénibles et que j’ai hâte de rentrer à la maison. Je ne me le cacherai pas, c’est vrai que tu m’apportes du réconfort. Avec toi, j’ai très rarement besoin de me casser la tête. Même quand je ne sais pas exactement ce que je veux, je sais que tu vas me suggérer des idées qui vont me plaire. Parce que tu me connais.

Le problème, c’est que c’est trop. Le jour, je résiste facilement à la tentation (et je m’en félicite!). C’est en soirée que ça se corse.

L’envie est plus forte que moi et je ne peux m’en empêcher. Je te choisis beaucoup trop souvent même si tu ne le mérites pas. Et une fois le doigt dans l’engrenage, il est trop tard.

Tu n’as besoin que de quelques secondes pour me convaincre de rester plus longtemps avec toi. J’ai beau être fatiguée et devoir me lever tôt le lendemain, je me laisse trop souvent tenter.

Après, lorsque je me retrouve dans mon lit, seule, je le regrette un peu puisqu’il est tard  et puisque j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps. Le divertissement que tu m’apportes n’est qu’éphémère et je veux plus que ça.

C’est pourquoi j’ai décidé de prendre mes distances et de passer moins de temps avec toi. J’ai besoin de plus de temps pour faire autre chose, lire, dormir… Ne t’inquiète pas, tu le sais que je vais toujours t’apprécier et j’espère que, malgré tout, on peut rester amis. Peut-être qu’en étant plus distante, tu cesseras de me demander si je suis toujours en train de visionner après dix-sept épisodes consécutifs de How I Met Your Mother; je me sens jugée chaque fois et la réponse est toujours oui. Enfin bref… je vais rester abonnée à toi, Netflix, mais je te visionnerai juste un peu moins souvent.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de