Menu

C’est pas de ta faute

L’autre jour, une amie m’a raconté une situation déstabilisante et traumatisante qu’elle a vécue. Un homme âgé lui a fait des avances déplacées et a voulu lui montrer son pénis en plein jour et plein public. Je ne partagerai pas trop de détails sur son histoire puisque ça lui appartient, mais elle était sans contredit sous le choc et s’est sentie inconfortable pendant plusieurs jours. Je lui ai offert tout mon soutien, comme je l’ai pu.

Ce qui m’a le plus fâchée de toute cette histoire, c’est d’abord que ça arrive bien plus souvent qu’on le pense. On parle de commentaires dégueulasses, de gestes déplacés, d’actions obscènes, etc., dans tous les contextes : bar, rue, travail, tout lieu public. Certains ont plus d’effets que d’autres, certains sont plus « bénins » que d’autres, mais c’est la répétition qui devient too much. Je ne dis pas que tous les hommes sont des salauds, loin de là, mais cette problématique est largement trop minimisée. Je connais plusieurs filles et femmes de mon entourage qui ont été confrontées à des situations qui les ont traumatisées. Ça m’est arrivé aussi d’ailleurs.

Ce qui m’a d’autant plus mise en beau fusil, c’est quand mon amie s’est mise à dire qu’elle ne comprenait pas pourquoi il l’avait approchée puisqu’elle ne portait aucun vêtement révélateur et ne faisait rien de provocateur. Je n’utilise pas ses mots exacts, mais ce que j’essaie de dire, c’est que ça n’a pas de bon sens qu’on se culpabilise pour les agissements des agresseurs. J’étais fâchée qu’elle croie que ça aurait pu être de sa faute, ne serait-ce que partiellement. Et j’en ai entendu plus d’une histoire de ce genre, où la victime prend en partie la responsabilité.

Je dois admettre que je me le suis dit aussi lorsque je me suis retrouvée dans une situation inconfortable. Je me suis dit que c’était peut-être un peu de ma faute, que je m’étais mise moi-même dans cette situation… mais non. Je sais que non.

Tu as le droit de porter ce que tu veux, de marcher comme tu veux, de sortir où tu veux sans te faire harceler ou agresser physiquement ou verbalement. Tu as le droit d’avoir ton opinion, de prendre ta place sans avoir peur. Tu as le droit de te sentir totalement en sécurité tout le temps.

Ce n’est pas de ta faute si un con ne sait pas comment se comporter et s’il ne connaît pas le respect. C’est uniquement sur lui, pas sur toi. On a besoin de les éduquer eux, de leur apprendre comment bien se comporter, comment le respect est au centre de tout. Vaut mieux combattre le problème par les causes que par les conséquences.

Sur ce, si toi aussi tu t’es retrouvée dans ce genre de contexte, rappelle-toi que t’es forte et que c’est pas de ta faute.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de