Menu

L’art discret de perdre son temps

C’est bien connu, on manque tous de temps. S’il se trouvait sur le marché, il se vendrait au prix de l’or ou du pétrole, et les investisseurs du monde entier s’arracheraient ses actions à la bourse. Les marchands de temps deviendraient les prochains Bill Gates et Mark Zuckerberg.

De nos jours, la vie nous pousse toujours à aller plus vite, à faire mille et un trucs à la fois et à ne jamais ralentir, de peur de manquer quelque chose ou d’être éternellement en retard. Comme le lapin blanc dans Alice aux pays des merveilles, on court en regardant sa montre, ou plutôt son cellulaire, pour voir les minutes qui s’égrènent trop vite pour nous. Mais au moins, contrairement à une bonne vieille montre, un cellulaire nous permet de faire tant de choses, de rester connectés, de regarder nos courriels, d’être productifs dans notre course. Du moins, c’est ce qu’on aime croire. Parce que quand le relevé hebdomadaire d’utilisation de mon cellulaire me dit que ma moyenne a encore augmenté de 10 % et que j’essaie de réfléchir à ce que j’ai bien pu faire pendant ces heures sur mon téléphone, je réalise qu’au fond, j’en ai perdu du temps sur cet outil ô combien performant.

Parmi toutes les tâches incroyables que je peux accomplir avec mon appareil, force est de constater qu’il me sert principalement à perdre mon temps. Je l’ouvre en me disant que j’ai quelque chose à vérifier d’important, et mes doigts se trouvent inexplicablement attirés vers l’araignée noire sur fond rouge de l’application Spider Solitaire. Bof! Au fond, j’ai bien mérité une petite pause. Pis en plus, ça me permet de me changer les idées et de me déstresser une minute ou deux avant de reprendre le marathon de ma vie. Alors, je joue une partie. Et quand je ne gagne pas, j’appuie frénétiquement sur le bouton « Annuler » pour recommencer le tout et atteindre la victoire. Une fois, deux fois. Trois, tout au plus. Quand ça ne marche vraiment pas, ben j’en recommence une autre. Même chose quand la partie était trop facile et que je me dis que j’ai le temps pour une de plus. Sans que je m’en rende compte, l’araignée a tissé sa toile autour de moi et je suis piégée dans son fil gluant. Ce que je peux en mettre du temps à me sortir de là! Mais j’y arrive et, fière de moi, je ferme mon téléphone.

Oups! J’ai oublié de vérifier l’information super ultra importante que je voulais voir, alors je l’ouvre à nouveau. Au fait, maintenant que j’y pense, je n’ai pas encore regardé aujourd’hui si Josée ou Alexandre ont joué leur coup au Scrabble. Et le Scrabble, c’est bon pour le vocabulaire, donc pas de honte à avoir. Bon, c’est fait, je referme maintenant.

Euh… Y’avait pas quelque chose que je voulais vérifier moi déjà? Oh zut! Jamais deux sans trois, comme on dit! Ouvrons le cellulaire à nouveau. Alors, je voulais voir… Eh maudine! Je vais regarder mon Facebook, et ça va me revenir. Et je scroll, et je scroll. Non mais, après tout, je suis une jeune femme moderne! Je dois me tenir au courant de ce que qui se passe autour de moi. Sauf que je suis pressée, donc je vais juste regarder les gros titres et les images. Et les notifications du Marketplace au cas où je trouverais de beaux meubles pas chers pour ma maison ou des éléments déco à transformer. Chouette, un globe terrestre! J’ai vu un projet sur Pinterest l’autre jour, je retourne voir. Et je scroll, et je scroll. Wow, y’en a du monde créatif! Je pourrais faire ces projets-là, moi aussi; après tout, je suis pas mal manuelle! Donc, on ajoute des épingles au tableau Projets à essayer. Bon, ça y est, je n’ai pas juste ça à faire non plus. Moi qui suis si occupée (insérer ici un ton sarcastique)!

Mais c’est bête, on dirait que j’oublie quelque chose…

L’histoire se répète sans cesse. Et mon relevé hebdomadaire me dit que mon temps d’écran a encore augmenté. Et je réalise que, en plus de mon nouveau globe, j’ai des livres que je voulais transformer en jardinières et des chaises à recouvrir. Et que les projets s’entassent sans se réaliser, parce que je ne trouve pas le temps de les faire. Si seulement j’avais plus de temps dans la vie pour faire ce que j’aime plutôt que de perdre mon temps à regarder un écran.

Si seulement!

Photo : Luke Porter
Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de