Menu

Je finis bientôt mes études et ça m’angoisse

Je commence la dernière année de mon BAC en design graphique cette année. Je ne sais pas encore si j’enchaîne une maitrise après ce dernier, mais une chose est sûre: j’approche de la fin de mes études pour la première fois et ça me stresse énormément. 

J’ai choisi mon domaine d’étude actuel pour plusieurs raisons, mais surtout parce que cette formation m’ouvrait un éventail de possibilités. Et c’est un peu mon problème: j’ai beaucoup d’options et je n’arrive pas à décider sur quel chemin me lancer. 

Tout au long de mes études, et pas seulement dans un contexte scolaire, j’ai découvert les domaines qui m’intéressaient le plus et dans lesquels j’aimerais m’investir: l’édition, le communautaire, la politique, les médias et l’enseignement. Mon but est de m’amuser à travers ces différents univers. J’ose espérer qu’avec l’effort nécessaire, je réussirai à toucher à la plupart d’entre eux. Bref, beaucoup de projets possibles en vue. 

Durant les derniers mois/années, j’aimais bien effleurer la surface et jouer dans les différents domaines, sans trop m’investir dans un en particulier. Simplement me donner une idée de ce à quoi ça ressemblerait si je m’investissais plus… et ensuite aller découvrir autre chose. 

C’était bien nice de rester ouverte aux opportunités qui pouvait se présenter out of nowhere, mais la réalité est qu’il faut travailler pour atteindre ses objectifs, pis que malheureusement, je ne peux pas naviguer à travers 10 domaines en même temps. Pas que ça ne pourrait jamais arriver (il y a toujours des exceptions), mais présentement, avec mes débuts dans tout, je ne peux clairement pas avoir des offres dans des milieux dans lesquels je ne me suis jamais présentée. 

Je dois donc me décider, travailler pour me faire un nom (salut réseautage, moi c’est Karianne, et toi?), pis avoir des arguments de vente pour montrer à quel point je serais bonne (en essayant de montrer le plus de confiance en moi que je n’ai pas) dans ce domaine-là. Exemple, monter un portfolio cohérent qui fit avec l’emploi serait sûrement un meilleur début que de m’éparpiller un peu partout comme je le fais présentement. Ça peut être utile d’être polyvalente avec 20 ans d’expérience ou une moi qui voudrait essayer de nouvelles expériences, mais ce n’est pas la technique la plus stratégique quand tu entres sur le marché du travail des créatifs mettons.

Bref, avec tout ça, j’ai peur de ne pas choisir la bonne voie pour commencer. J’ai peur de mettre des efforts sur quelque chose qui ne mènera à rien. J’ai peur qu’en me focalisant sur un domaine, ça me coupe des opportunités que j’aurais encore plus appréciées.

Plus le temps avance, plus je réalise que je risque de faire ben de la pige, un emploi assez stressant pour les finances, parce qu’il n’y a aucune sécurité. Ce qui ajoute une couche d’anxiété sur le reste…

Bon, j’arrête de me plaindre, ça fait parti des prix à payer pour ne pas vouloir faire du 9 à 5 typique!

Au fond, ces insécurités et la pression reliée sont sûrement ce qui me motive autant à continuer. Ne pas savoir à quoi ma vie va ressembler dans un an, c’est peut-être stressant, mais ça m’empêche de rester dans ma zone sécurisante de confort en me poussant à poursuivre mes objectifs.

Dans un an…

Je serai peut être dans un bureau de créatifs hyper connu.

Je serai peut-être reconnue pour mon travail en photographie (#dream).

Je serai peut-être en burn out.

J’vais peut-être travailler en Chine…

Ou peut-être pour Québec Solidaire comme députée.

Ou juste prendre tous les contrats qui se présentent en tant que pigiste, en travaillant de chez moi, avec mes chats pis mon chien comme supports moraux. 

QUI SAIT? 

pas moi, en tout cas…

Pis vous, les autres créatifs, vous avez dealé comment avec la fin de vos études et le début de votre vie professionnelle?

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de