Menu

Les fameux « p’tits papillons »

Un regard, un sourire, de la chimie, un baiser chaud. C’est parfois tout c’que ça prend pour que l’Insectarium t’explose dans l’ventre.

Et v’là les papillons en liberté! Ils courent comme des poules pas d’tête partout dans ton estomac.

T’as même envie d’bouffer des fleurs pour qu’ils restent là et qu’ils soient bien où ils sont. Au diable les allergies! J’vais avaler des pissenlits si ça m’tente.

C’pas comme si ça s’achetait tablette à l’épicerie, du papillon. Si oui, plus besoin de voitures, tout l’monde flotterait!

Ils sont un peu comme les boutons dans l’front, ils arrivent sans avertir.

T’as beau essayer d’vouloir les chasser, y’a un p’tit comique qui a fait des trous dans l’filet juste avant votre premier french.

C’est à ces mêmes papillons que tu dois ton gros sourire niaiseux depuis des semaines. D’après moi, ce sont des papillons au pot.

Ils sont les uniques responsables du feu pogné en dedans d’toi. Difficile à cacher, la boucane te sort par le nombril!

Tu auras plusieurs défis, comme te gérer, les nourrir et réussir à écouter un film de 1 h 25 en ligne droite quand vous êtes dans l’même lit, toi et l’autre.

Les fameux p’tits papillons.

T’as envie de t’envoler avec eux.

T’as envie de leur faire confiance.

Y’a encore ceux aux ailes brisées qui se pètent la face dans l’bedon. Ils volent tout croche et, par chance, les plus forts viennent les aider.

Dur, dur de résister quand tu réussis à ressentir ça avec un autre porteur de papillons.

Et toutes les raisons sont bonnes pour entendre vos ventres grouiller!

Tu la regardes dormir et Dieu qu’elle est belle… C’est péché.

Sa bouche est la parfaite piste d’atterrissage pour la tienne.

Touche pas à ses yeux de braise parce que tu vas te brûler, j’t’assure!

Jase avec elle et place un p’tit matelas bleu par terre parce qu’elle est plus renversante qu’une pelure de banane.

Cette fille…

Vous savez de quoi j’parle, han?

Ouais, on est dans la merde de papillon.

Source photo de couverture : Unsplash

One thought on “Les fameux « p’tits papillons »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre