Menu

Péripéties d’une première auto-construction

Il y a un certain temps déjà, j’ai partagé avec vous mon aventure pour acheter ma première maison. Ou disons mon premier projet puisque ladite maison s’est révélée être en phase terminale et dans l’obligation d’être démolie.

Trois mois se sont écoulés depuis mon dernier article. La neige a fondu, les degrés ont monté et les maringouins, annonciateurs d’été, sont sortis en colonie pour me dévorer (ça, c’est une autre histoire). Trois longs mois plus tard, précieux dans l’univers de la construction, j’ai l’honneur de vous annoncer que, oui oui, l’ancienne maison tient toujours!

La maudite!

Les douze travaux de Fauvélix

J’aimerais vous dire que mon projet a dû être repoussé parce que j’ai passé les trois derniers mois sur une plage à siroter des daiquiris aux fraises sans alcool et à dévorer livre par-dessus livre avec les vagues en bruit de fond. Si seulement!

Non, bien sûr que non. J’ai plutôt passé ce temps à courir d’un endroit à l’autre, à accumuler des soumissions et à me casser la tête (et le postérieur) pour trouver assurances, hypothèque et permis. Un vrai bonheur! Préparer un projet d’auto-construction, c’est courir sans cesse entre deux bureaux, deux corps de métiers, deux soumissions et n’avoir jamais au grand jamais le bon papier en main. Un processus qui rappelle étrangement l’épopée d’Astérix et Obélix dans la « maison qui rend fou ».

Si cela peut vous aider, voici une liste non-exhaustive de ce dont vous aurez besoin pour lancer votre projet : un architecte ou un dessinateur en bâtiment (pour l’option A, prévoir un plan pour braquer une banque avant), un plan (pas celui que tu as trouvé sur Pinterest, mais un plan technique en quatre élévations), des soumissions (contracteur, excavateur, coffreur, plombier, électricien, émondeur, massothérapeute (pour relâcher les tensions), tireur de joints, carreleur, etc.), une hypothèque auto-construction (qui n’est pas offerte dans toutes les institutions financières et qui vient elle-même avec sa propre liste de conditions à remplir), une assurance hypothécaire et une résidentielle (Tu veux assurer une maison à démolir? Bonne chance!), un certificat d’implantation (yeah! une étape facile!), des permis (pour la démolition, la coupe d’arbre et, enfin, la construction) et de la patience, beaucoup de patience.

Des délais, encore des délais

À la manière des années de vie d’un chien, les délais que vous donneront les différents intervenants doivent être multipliés par sept. Si quelqu’un vous donne une date, « Ah! Ça ma p’tite dame, ça va être prêt pour le 5 »,n’oubliez jamais de leur demander de préciser CLAIREMENT le mois et l’année. Si un soumissionnaire vous dit qu’il vous revient avec un prix lundi, rappelez-le le mardi pour qu’il vous dise que la semaine dernière, il n’a pas eu le temps, mais que d’ici la semaine prochaine, il vous envoie ça « promis ».

Mon plan initial était de démolir pour la mi-juin, sauf que les choses ne se sont pas du tout déroulées comme prévu. Accumuler les soumissions pour monter mon dossier hypothécaire m’a pris un mois, trois semaines pour établir avec ma conseillère financière le budget du projet et le montant de la demande, une semaine et demi pour l’approbation de la demande, deux semaines pour le certificat d’implantation, et un peu plus de deux semaines pour l’obtention des permis.

Mon conseil : notez tous vos rendez-vous et suivis au crayon de plomb dans votre agenda. Sinon, prévoyez dans votre budget un certain montant pour le liquide correcteur!

Enfin finir par commencer

Mais malgré toutes les embûches et les nombreux maux de tête, on finit enfin par y arriver et le projet se met en branle. On en a mis du temps et des efforts pour se rendre jusque-là! La Ville vous a accordé vos permis, l’hypothèque est signée, vous avez une idée (approximative) du moment où se dérouleront vos travaux. Et, aujourd’hui, le département d’arboristerie est passé et ils ont finalement coupé les deux horribles sapins devant la maison (à mes frais, mais tout de même).

Fiou! Je vais pouvoir respirer une seconde!

Oui, mais Fauve,tu devrais pas mettre de l’aspanite pour le sous-plancher, t’es mieux d’aller vers un plywood 5/8 embouveté. Pis c’est-tu normal que dans ta soumission, il manque les fenêtres du sous-sol? Quelle couleur ton bardeau d’asphalte? Ben faudrait sûrement que tu décides la couleur du vinyle avant pour qu’elle aille avec le toit. Et, en fait, ton premier déboursé arrive quand déjà parce que faudrait que tu me fasses un dépôt de 25% pour la commande et, une fois les travaux faits, t’as un dépôt net 30 jours… Oh boy!

Crédit photo: Eugen Str

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre