Menu

Survivre aux tempêtes d’amour

En couple, quand ça va mal, c’est pas toujours aussi cinématographique qu’une belle scène d’amour où on pleure dans la pluie en se chicanant passionnément jusqu’à frencher dans ‘bouette. Plus souvent qu’autrement, dans la vraie vie, les chicanes d’amour, ça ressemble plus à une partie de Jenga qu’on perd avec grand fracas.

Et ça fait mal, de perdre au jeu. Ça fait mal d’avoir mal placé sa pièce, ça fait mal de voir tout s’écrouler.

Ça fait mal de ne pas se sentir sur la même longueur d’onde.

Je pense que c’est important d’en brasser, des affaires, parce que si on le fait jamais, on pourra jamais voir la poussière retomber après, et on va juste vivre dans la tornade de poussière prise en suspens pis éternuer notre vie!

Pour moi, la communication a toujours été la clé (ou le couteau dans plaie) de la vie à deux. Je pense que c’est important de s’expliquer jusqu’au fond du boutte des choses, pour être sûr de boucler toutes les boucles, de panser nos doutes et nos peines et de s’enlever les maudits gargouillis qui pincent le ventre.

J’ai toujours préféré parler qu’accumuler, prévenir que guérir. C’est peut-être (clairement) parce que j’ai eu trop de peine les fois où j’avais rien prévu et que j’ai pris mille ans à guérir que je me protège autant aujourd’hui.

J’aime savoir qu’on se comprend, qu’on s’aime, qu’on a envie que les choses s’arrangent. J’aime que ça ait pas le temps de devenir une chicane parce que mes inquiétudes se sont éteintes à l’étape de discussion.

Et c’est normal que ça soit compliqué de vivre à deux. Moi je suis capable d’être compliquée dure à suivre soupe au lait toute seule avec moi même, alors imagine quand j’ai quelqu’un d’autre à ajouter à l’équation, pis quelqu’un d’aussi complexe que moi à part de t’ça! Normal que ce soit pas toujours simple simple comme cuisiner un Kraft Dinner!

L’important, c’est que l’autre nous donne envie d’être le meilleur de nous, et que nous, on donne envie à l’autre d’être le meilleur de lui ou d’elle même. Si ça c’est OK pouce en l’air bisou feu d’artifices, y’en a pas de tempêtes assez fortes pour se faire mal, rien que des petites tempêtes qui font couler les yeux mais qui donnent à l’air cette odeur mouillée-sucrée qui donne envie de respirer à grandes bouffées jusqu’à épuisement des stocks.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de