Menu

Les montagnes russes émotionnelles

T’sais, le genre de manège qui fait pas trop triper. Ceux qui sont chambranlants un peu, qui passent dans un tunnel rempli de stroboscopes étourdissants pis qu’après cinq secondes d’air frais te garrochent dans une rivière pour t’éclabousser de la tête aux pieds sans que t’aies vraiment le temps de reprendre ton souffle.

Ce genre de manège là. Ce genre de journée là.

Quand tu sens que ton mood change 100 fois de bord en même pas 24 h.

Quand t’as pas le contrôle.

Quand tu voudrais crier à tout le monde de s’en aller, mais qu’en même temps t’aurais juste besoin que quelqu’un te serre vraiment fort dans ses bras sans rien dire.

Quand tu manques d’air en même temps d’en avoir trop.

Quand ta bulle personnelle voudrait prendre plus de place que les quatre murs de ton bureau ou de ta chambre.

Quand le moindre petit rejet te fait vouloir entrer six pieds sous terre ou la moindre petite excitation te fait sauter au plafond.

Les vois-tu là, mes montagnes russes?

C’est pas compliqué, tu passes par toute la gamme d’émotions : à 8 h t’es pas parlable; à 10 h tu mets tes écouteurs et tu rentres dans ta bulle; à midi, tu ris aux éclats avec tes collègues ou amis.es, à 2 h tu sautes littéralement partout parce que tu as eu une bonne nouvelle et à la fin de la journée, tu retournes chez toi avec de l’amertume, un petit quelque chose qui te tire vers le bas – une chanson, une odeur, un souvenir…

Tu passes la prochaine demi-heure en petite boule dans le fond de ta douche à laisser couler l’eau sur ta tête. Tu comprends pu rien.

Tu le sais que ça va pas. Tu le sais que le discours négatif qui joue dans ta tête est faux. Mais tu y crois tellement. Parce que la douleur elle, elle est bien là. Elle est palpable. Elle est physique. Elle te tord les organes comme on tordait une guenille qu’on lavait à la main avant l’apparition des laveuses/sécheuses.

C’est peut-être juste une mauvaise journée ou une mauvaise passe, mais le plus important là-dedans, c’est que ce n’est pas permanent. Un jour, le manège va s’arrêter, tu vas débarquer un peu décoiffé.e, mais tu vas avoir un moment pour te replacer les couettes comme il faut, prendre une bonne grande respiration, pis descendre la rampe de sortie sans regarder en arrière.

Parce que peu importe les embuches, t’as appris beaucoup plus sur toi que tu ne l’aurais imaginé. Le meilleur est toujours à venir.

Source photo de couverture

One thought on “Les montagnes russes émotionnelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre