Menu

Prendre le temps de s’ennuyer

C’est le temps des vacanceeeees!

Comme chaque été, je suis toujours mal à l’aise quand on me demande ce que j’ai prévu pendant les vacances. Je me sens toujours coupable ou plate de répondre la vérité : rien. Je l’assume tellement pas que je m’empresse de faire suivre mon « rien » par « […] mais j’ai plein de trucs que je veux faire! »

C’est vrai, j’ai plein de trucs que j’aimerais faire.

J’aimerais chausser mes bottes de randonnée.

J’aimerais faire le tour d’autobus rouge au centre-ville, tsé, le bus touristique qu’on fait toujours dans les autres villes, mais jamais dans la nôtre.

J’aimerais voir mes ami-es, ma famille.

J’aimerais faire le granola maison de Trois fois par jour.

J’aimerais aller au Musée national des beaux-arts, je n’y suis jamais allée. J’aimerais visiter le « nouveau » pavillon Lassonde, même s’il n’est plus tant nouveau et même si je ne trippe pas tant que ça sur l’art contemporain.

J’aimerais faire du yoga en plein air. Ça fait tellement longtemps que j’ai arrêté le yoga, je voudrais m’y remettre.

Mais ce que j’espère, surtout, c’est avoir le temps de m’ennuyer. Environ 334 jours par année, mon agenda rythme ma vie, mes heures de repas et mes heures de sommeil. Pendant les vacances, je revendique haut et fort le droit de m’ennuyer. Fuck l’horaire : j’ai tout plein de jours vides devant moi et je revendique le droit de me lever sans cadran, de manger quand j’ai faim, de décider de ma journée le matin même, ou d’heure en heure si ça me tente. Je veux pouvoir faire des commissions à pied parce que j’ai le temps et qu’il fait beau et je veux pouvoir m’en foutre si ça prend trois heures pour les faire. Je veux pouvoir m’asseoir dans un parc avec un livre, un cahier et un crayon et ne pas avoir à me soucier de revenir chez moi pour préparer le souper, pour préparer mon lunch, pour être prête pour demain. Je veux juste profiter du temps présent, le regarder passer et le savourer pleinement. Avoir du temps pour s’ennuyer, c’est tellement devenu un luxe rare : c’est ça que j’ai envie de m’offrir pendant les vacances.

Malheureusement pour ce texte, ça commence ici et maintenant : une amie vient d’appeler. On va magasiner un tuba et manger une crème glacée. Bon été!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception site web - Effet Monstre