Menu

Ce que personne ne t’a dit sur ta sexualité

Dernièrement, j’ai lu le livre Come as you are, d’Emily Nagoski, sexologue. Ce livre recèle de secrets qui ne devraient pas en être, comme la forme complète du clitoris et la discordance corps-esprit sexuelle, donc il est fabuleux. Puisque ce livre n’est pas encore traduit de l’anglais et que l’accès au plein potentiel de sa sexualité ne devrait pas être moindre chez les propriétaires de vulve allophones, voici un court, trop court, résumé du livre qui a révolutionné ma vie sexuelle.

Les mêmes parties organisées différemment

  • Le clitoris n’est pas qu’une boule de nerfs difficilement repérable dans la vulve. Le point G, c’est une partie du vagin qui touche une partie interne du clitoris. Google it. Ça vaut la peine.
  • L’histoire de l’hymen qui brise lors de la première pénétration, c’est un des plus gros mensonges ever.
  • Tant que tu n’éprouves pas de douleurs, ta vulve et ton vagin sont normaux. Peu importe comment ils sont et comment ils réagissent à différentes stimulations.
  • Ton corps ne communique pas nécessairement ce que tu aimes. La discordance entre ce que ton corps dit et ce que tu ressens est très courante, et généralement plus grande chez les propriétaires de vulve. Par exemple, des contractions musculaires peuvent signifier du plaisir ou de la douleur. La meilleure façon pour quelqu’un de savoir ce qu’une personne propriétaire de vulve aime est de le lui demander.

Le système nerveux : moteur de plaisir

  • C’est le système nerveux qui gère le plaisir sexuel. Il a un « accélérateur » plus ou moins sensible aux stimuli « pertinents sexuellement » (turn ons) et un « frein » plus ou moins sensible aux stimuli « potentiellement menaçants » (turn offs). L’accélérateur et le frein sont différents d’une personne à l’autre. En général, les propriétaires de vulve ont un accélérateur moins sensible et un frein plus sensible que les propriétaires de pénis.
  • Ton système nerveux est sensible au contexte. Si quelqu’un te chatouille dans un contexte, ça peut être amusant, alors que dans un autre, c’est super désagréable. Même chose pour le sexe. Le même stimulus sexuel peut être perçu comme plaisant ou désagréable selon le contexte. En général, le meilleur contexte comprend trois aspects : peu de stress, beaucoup d’affection et de l’érotisme explicite.

Les méta-émotions : ce que tu ressens par rapport à ce que tu ressens

  • Comment tu te sens face à ce que tu ressens influence ta sexualité. Accepter comment tu te sens aide à optimiser ton plaisir. Te culpabiliser d’aimer la crème glacée diminue ton plaisir à en manger, alors qu’il serait optimal si tu te donnais la chance de savourer chaque bouchée. Même chose pour le sexe.
  • La culture dans laquelle tu as grandi teinte ta perception de ta sexualité, un peu comme un GPS qui te dit où aller. On t’a appris à te fier au GPS, mais en cas de discordance entre ton GPS culturel et ton ressenti personnel, c’est ton ressenti qui a raison. Si le GPS te dit de tourner à gauche alors qu’à gauche, la rue est barrée, ben tu ne tourneras pas à gauche. Même chose pour les sensations dans ton corps. Personne ne peut dicter à son corps comment ressentir les choses.
  • Te blâmer pour comment ton corps fonctionne active ton frein, donc diminue le plaisir. Faire preuve de curiosité, percevoir les mystères de ton corps comme des défis à relever, des secrets à découvrir aide à relâcher le frein pour ne pas annuler l’accélérateur.

Trucs de pro pour être bien dans ta sexualité

  • Questionne le cadre de références culturel concernant ta sexualité et crée ton propre cadre de références.
  • Écoute-toi. Prends le temps de te demander ce que tu aimes réellement et ce que tu penses que tu « devrais » aimer.
  • Accueille comment tu te sens avec ouverture. Moins tu te juges sur ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas, plus tu t’acceptes comme tu es et plus tu as du plaisir.
  • Sois curieux.se. Essaie ce qui te donne envie et délaisse ce qui ne te plait pas. Donne-toi la permission d’essayer des choses, juste pour voir si c’est ce qui fonctionne pour toi.
  • Exprime ce que tu aimes. Ton corps ne le dira pas nécessairement pour toi. La communication, ça aide aussi tes partenaires à te faire plaisir.

Ces petites leçons peuvent sembler bien simples, voire évidentes. Malheureusement, trop de propriétaires de vulve/vagin pensent être « brisées » dès que leur sexualité ne correspond pas à ce qu’elles pensent qu’elle devrait être. S’il y a une chose à retenir de cet article, c’est qu’il n’y a pas de devoirs dans la sexualité. Ton corps ne « devrait » pas faire quelque chose. Ton corps fait ce qu’il a à faire. C’est la culture qui a tort, pas ton corps. Te faire confiance, c’est prendre du pouvoir sur ta sexualité, c’est féministe et courageux et beau, et des études soutiennent que ça augmente ta satisfaction sexuelle et celle de tes partenaires (Aurélia Blanc, 2018). Viens comme tu es.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de