Menu

Ode à notre cœur d’enfant  

Je ne sais pas si nos yeux sont fatigués de voir
Qu’ils oublient d’être émerveillés
Par toutes les choses
Que la vie nous apporte

Quand nous étions plus petits
Les arbres nous paraissaient gigantesques
Et nous nous laissions
Épater par de gros rochers

Nos yeux percevaient
Les insectes et les animaux
D’un air intrigué

Les couleurs
Étaient d’une telle vibrance
Qu’il nous fallait cueillir les fleurs
Les sentir

Du haut de notre adulthood
Avons-nous tout vu
Pour être aussi déconnectés, indifférents
Ou avons-nous cessé de voir?

Nos yeux de gamins
En admiration devant chaque journée offerte
Chaque papillon
Chaque nuage
Chaque couché de soleil

J’espère qu’en quelque part
Il me reste une parcelle de cet enfant

Parfois je m’en éloigne
Parfois je m’en rapproche
Mais mon cœur de bambin me rend plus légère
Il remplit les petits moments
D’étincelles, de couleurs

Quand je regarde dans tes yeux
Je sais qu’il est là
C’est avec ce cœur que je parle
Un cœur empathique et compatissant
Sans jugement et ouvert sur le monde

Si nous pouvions nous y référer plus souvent

Aller courir dans les bois
Grimper dans les arbres
Se balancer
Jouer avec de la peinture
Danser

Ce sont toutes de bonnes façons de s’y reconnecter. Parfois, avec toutes nos responsabilités, notre tête est tellement occupée qu’il est difficile de se retrouver. En lâchant prise et en arrêtant l’auto-jugement, vous verrez, rayon après rayon, votre cœur d’enfant scintiller. J’aime croire qu’il révèle une partie de moi plus enjouée, plus dynamique, plus sincère et moins fatiguée. Du moins, j’espère qu’il ne s’éteindra jamais. À chacun.e de le raviver.

Quels sont les moments où vous vous sentez le plus près de votre cœur d’enfant ?

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de