Menu

Apprivoiser la solitude

Je n’ai pas toujours été de nature si solitaire. J’imagine que c’est venu avec les petites joies du célibat. On finit par s’habituer à quelques-unes d’entre elles. Peut-être que certains y verront un ton sarcastique lorsque je parle de « petites joies », mais non, je vous assure c’est un vrai bonheur que d’avoir des moments bien à moi.

Au début, c’est vrai, je l’avoue, ça pouvait être inconfortable, voire gênant de sortir en solo. Je me questionnais sur ce que les autres penseraient d’une fille assise seule à manger des sushis ou bien avec son popcorn au cinéma un samedi soir. Pour meubler le silence de ces sorties avec moi-même, je m’équipais d’un livre, d’un calepin pour écrire, de mon cellulaire et de mes écouteurs. Finalement, ces moments de solitude étaient meublés par des objets afin que je ne me retrouve jamais seule avec moi-même dans les lieux publics. J’étais toujours stimulée à fuir l’inconfort d’être seule.

Femme seule à la plage
Source

J’ai donc apprivoisé la solitude pas à pas. Petit à petit, je me distrayais de moins en moins, arrivant à être pleinement présente avec moi-même, jusqu’à en venir à être totalement confortable à l’idée de me présenter seule à un événement ayant lieu en ville. Puis, à force de me convier à des sorties quotidiennes, j’en suis venue à penser que je n’avais pas besoin d’être accompagnée pour aller visiter quelque chose qui m’intéresse, partir en vacances, essayer un tout nouveau resto, me balader, voir une compétition de slam, etc. Le fait d’être allée seule me donnait aussi le privilège de partir quand bon me semble. Ainsi, la réussite de ces soirées ne dépendait de personne d’autre que moi.

Fleurs au coucher du soleil
Source

Finalement, ces petites sorties sont de bons moyens de prendre soin de moi. De cette façon, je suis toujours à gauche ou à droite, sans avoir à attendre une invitation pour avoir du plaisir. Le regard des gens ne me dérange plus lorsque je me présente seule. Ces moments m’ont même parfois permis de faire connaissance avec d’autres personnes, elles aussi venues seules.

Alors qu’auparavant, la solitude se faisait pesante, c’est maintenant celle-ci qui me permet d’être plus légère au quotidien. Dans ces moments de tête-à-tête avec moi-même, j’ai trouvé une façon de me ressourcer. Toutes les raisons sont devenues bonnes pour me donner rendez-vous.

Apprivoiser ma solitude, ça a aussi été apprendre à être pleinement bien avec moi-même au quotidien.

Source photo couverture

6 thoughts on “Apprivoiser la solitude

  1. J’adore ce texte… Il est vrai qu’on est si bien lorsqu’on apprend à vivre avec soi-même, seule. L’indépendance et la liberté. Pas seulement lors d’une peine d’amour, mais aussi lorsqu’on attend trop de tous ceux qui nous entourent. La déception n’en fini plus. Il faut savoir lacher prise.

  2. Très beau texte mais j ‘ai 68 ans. Malgré mes sorties et randonnées,. Je souffre de solitude et pleure souvent. Que faire ? Patricia.

    • Moi j’ai 35 ans et je souffre aussi de solitude. Je ne comprends pas pourquoi je n arrive pas à me faire des amis, et j aime tellement rencontrer et discuter avec des personnes.

  3. Mariée durant 31, bonheur sur toute la ligne et du jour au lendemain, il veut changer de vie, il me quitte…. Ça fait plus d un mois maintenant et la solitude me pèse énormément…. Votre article donne l espoir…. Merci

  4. Merci beaucoup pour votre article , il aidera beaucoup je pense !
    Moi je suis seule en retraite et j ai appris à être contente , je suis devenue aidante de voisins malades et je me garde mes moments !!! beaucoup aimeraient connaître ces moments et leur vie ne leur permet pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de