Menu

3 compagnies de mode québécoises, écologiques et éthiques

Cela fait déjà 6 ans que le Rana Plaza, au Bangladesh, s’est effondré. Faisant plus de mille morts et encore plus de blessés, cette tragédie a mis en lumière les piètres conditions de travail qu’offre l’industrie de la mode, qui oeuvre surtout dans des pays où les lois sur les normes du travail sont très laxistes, voire inexistantes.

Cette délocalisation de l’industrie a non seulement des effets à l’étranger, mais également ici, au Québec. En effet, il devient plus difficile pour les entreprises gardant leur production ici d’être compétitives face aux géants de la mode. Par conséquent, certaines offrent des conditions de travail et des salaires peu intéressants pour leurs travailleurs québécois, ce qui explique en partie le manque criant de main-d’oeuvre dans l’industrie1.

Heureusement, il existe des compagnies qui ont à coeur les conditions de travail de leurs employés. En voici trois d’entres elles:

#1. Meemoza

Fondée en 2011, cette compagnie offre des vêtements de confection éthique, 100% québécoise, avec des matières éco-responsables et naturelles. Leurs produits sont conçus dans le but d’être polyvalents, solides et durables dans le temps. Les personnes ayant un style féminin ou vintage s’y plairont assurément.

https://www.instagram.com/p/BvVi5tdlaj0/

#2. Mercerie Roger

Les vrais amateurs de La soirée est encore jeune connaissent déjà l’existence de cette compagnie de t-shirts aux messages ludiques. En plus d’utiliser du coton 100% biologique et des encres à base d’eau, Mercerie Roger s’assure de faire fabriquer ses produits que par des employés syndiqués ou par des coopératives.

#3. Coop Couturière Pop

Parlant de coopératives, en voici une constituée de travailleuses du milieu manufacturier textile venant tout juste d’ouvrir ses portes. Elle s’est donnée comme mission d’offrir les meilleures conditions de travail possibles pour faire pression sur l’industrie, tout en formant de nouvelles couturières adaptées à cette dernière.

Pour les consommateurs, elles offrent un service de réparation de vêtements, des cours de couture ainsi qu’une gamme de produits zéro déchet.

Pour les soutenir, c’est juste ici!

En somme, l’achat local auprès de plusieurs de nos entreprises québécoises constitue une alternative aux pratiques des compagnies délocalisant leur production de vêtements dans les pays moins développés. Évidemment, il faut être conscient que ce n’est pas toujours à la portée de toutes les bourses, et que le choix de vêtements n’est pas aussi grand. Il existe néanmoins d’autres solutions qui n’ont pas été précédemment mentionnées, comme découvrir le merveilleux monde des friperies ou de fabriquer soi-même ses vêtements (si on a le temps!).

1 https://emploi-metropole.org/wp-content/uploads/2018/03/CEM-diagnostic-MO-mode.pdf, à la page 89.

Source de la couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de