Menu

Complainte d’une paresseuse

Le temps passe trop vite, surtout quand je ne fais rien.

Je suis de celles qui se lèvent deux heures et demie avant d’aller travailler

Juste pour pouvoir grignoter lentement mes toasts, les yeux encore à moitié fermés.

Rien ne me fait plus plaisir que de déjeuner pendant une éternité

Et ce n’est jamais assez long.

 

Je jubile à l’idée d’avoir une journée de congé

Où je n’ai rien de prévu,

Où personne ne m’attend nulle part.

Une irrésistible envie me prend de tout remettre à plus tard

La lessive attendra, la vaisselle aussi, même si je n’ai plus aucun verre propre

J’ai des pots Masson, ça fait la job que je me dis.

 

Reine de procrastination, adepte de la contemplation,

Je n’ai jamais trop de temps libre, mais toujours trop d’obligations.

 

Travail, productivité, argent, efficacité

Un train à pleine vitesse qui nous avale tous.

Ça te plairait un aller simple pour l’Abrutissement collectif?

Non merci. Je préfère ma manière de perdre mon temps.

 

Qu’est-ce qui presse, sinon de vivre?

Qu’on me laisse contempler, écrire, exister.

Je veux de longues heures pour me perdre dans mes pensées

La lenteur est chez moi source de réflexion, de créativité et d’épanouissement.

 

Et parce que j’ai un fort penchant assumé pour le plaisir,

Je dis oui aux grasses matinées et aux cafés longuement sirotés

J’étire les longues soirées d’été, même si je travaille demain

Je lis des livres au soleil jusqu’à ce que le sommeil me prenne

 

Nous ferons l’amour trois fois de suite

Et jusqu’au matin, on discutera de tout et de rien.

Puis on mangera des croissants, comme les Français.

Puis on enverra chier le temps, comme quand on était enfants.

Et on fera l’amour encore, comme les amants perdus que nous sommes.

 

Égoïste, hédoniste, paresseuse

Qu’à cela ne tienne, je ne le sais que trop bien.

Que l’on redonne à la paresse ses lettres de noblesse.

Je revendique mon droit à la fainéantise, à la lenteur, à l’oisiveté.

Et quand la culpabilité voudra s’en mêler

Je me boucherai les oreilles et je chanterai.

Source photo de couverture : Pixabay

One thought on “Complainte d’une paresseuse

  1. Exactement ce que j’avaIs besoin
    Je me stresse avec tout de ce temps là
    Peut être que je veux profiter de l’été au Max
    En faire plus, plus, plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de