Menu

Et après?

On m’a déjà dit que la vie est faite de points, que des lignes relient ces points, mais que ce sont les points qui donnent la direction aux lignes.

Ces points-là, je les vois comme des carrefours giratoires. T’sais, l’affaire que personne sait trop comment gérer à la fin d’une autoroute ou en plein milieu d’une ville, quand même ton GPS est pas clair pantoute sur la direction à prendre. Les carrefours, tout le monde les gère de son mieux, comme iel pense que ça fonctionne, au pire on prend la mauvaise sortie, on rebrousse chemin quelques kilomètres plus loin et on repasse dans le carrefour pour mieux en ressortir.

Et comme mentionné plus haut, souvent, les carrefours sont à la fin d’autoroutes. Les autoroutes, ça va pas toujours en ligne droite, ça évite les rivières, les montagnes, les frontières, des fois ça les croise aussi, les autos vont pas toutes à la même vitesse et changent de voie au fil du voyage, mais ça demeure une ligne entre deux points, aussi sinueuse et vallonnée soit-elle.

Les carrefours, ce ne sont plus des autoroutes, mais ce ne sont pas encore des routes de campagne. Ils sont l’intersection de l’avant et de l’après.

Et c’est angoissant, les après. C’est excitant, c’est exaltant, la nouveauté, savoir que tu vas voir des maisons champêtres, que ça va sentir le fumier, que tu vas sentir les nids de poule pis rire parce que c’est le fun rouler en campagne. Mais ça fait aussi pas mal plus peur, parce que tant que t’étais sur l’autoroute, tu pouvais pas te perdre, tu savais où tu t’en allais. Rendu.e sur le chemin de garnotte, des fois tu t’ennuies du temps où tu roulais à cent-dix-huit kilomètres-heure et que ton GPS disait « dans dix kilomètres, continuez tout droit ». Rendu.e à attendre la lumière verte et à te demander c’est quoi le nom de cette rue-là, tu doutes, pis le doute, c’est pas la partie facile.

Pis comme tout le monde, on fait de notre mieux. On a tous.tes notre façon de faire, de la carte routière aux applications au « viens donc avec moi, on va découvrir la vie ensemble ».

Pis on va se perdre. Y’en a qui considèrent que manquer sa sortie et faire deux tours de carrefour de suite, c’est se perdre. Y’en a d’autres qui font du camping en bordure du carrefour sans jamais considérer être perdu.e.s.

Quand est-ce qu’on franchit la limite entre être en chemin et être perdu.e ? Quand est-ce qu’on peut dire qu’on s’est retrouvé.e ?

On m’a déjà dit que la vie est faite de points, que des lignes relient ces points, mais que ce sont les points qui donnent la direction aux lignes. J’imagine que la grosseur des points varie d’une personne à l’autre, d’un point à l’autre, avec autant d’unicité que la trajectoire des lignes. Moi, je crois à ça, que les points sont plus significatifs. Ils marquent la fin de quelque chose, le début d’autre chose. C’est l’instant entre l’avant et l’après. C’est challengeant pis c’est beau. C’est là que le gros se décide.

Toi, tu t’en vas où ?

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de