Menu

En attendant la suite

Tu ne peux empêcher tes yeux de faire encore une fois le trajet vers l’horloge fixée au mur. 15h33. Ah, est-ce que ça fait vraiment seulement 5 minutes depuis la dernière fois où tu as jeté un coup d’œil impatient vers les minutes qui s’égrènent? Pourtant, on aurait dit que ça faisait bien une demi-heure.

Tu te répètes que tu as vraiment hâte que ce mercredi de travail se finisse.

Ensuite, tes pensées convergent vers la douce libération anticipée du vendredi soir. « Vivement le week-end! », tu te dis. À peine le temps de souffler un peu pendant quelques jours de congé que tu appréhendes déjà le lundi suivant. Et le même manège recommencera, inlassablement. Puis après, à quoi auras-tu hâte?

Parce que c’est ce que la plupart de nous fait : attendre. Un cercle vicieux dans lequel on passe trop de temps à rêver ou angoisser de ce qui n’est pas encore là au lieu de profiter de l’ici et maintenant.

C’est sûr que ta journée au bureau ne sera peut-être pas palpitante et que tu aurais voulu profiter des 86400 secondes de ta journée autrement. Mais penser à ta soirée Netflix qui t’attend ou au nombre de jours qui te séparent encore de tes vacances ne fera pas aller le temps plus vite qu’il peut s’écouler. Essaie donc de prendre les choses comme elles viennent, minute par minute. Concentre ton énergie dans ce que tu fais là, tout de suite.

Je ne t’interdis pas de te faire des projets futurs et d’avoir des rêves. C’est important aussi, visualiser son avenir. Je te mets seulement en garde contre le piège de l’attente. Parce que tu ne vas pas cesser d’attendre un moment ou un événement. Et quand celui-ci sera passé, il y en aura un autre pour prendre sa place. Mais à travers tout ça, auras-tu pris le temps de vivre? Ou bien te réveilleras-tu un jour avec l’impression d’avoir couru pendant des années après quelque chose de toujours insaisissable, sans jamais avoir été satisfait.e?

Profitons-en aussi pour détruire la théorie du « bon timing ». Surprise : il n’y en aura jamais! Ça n’ira jamais dans la direction souhaitée, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire.

En attendant les vacances. En attendant d’avoir de l’argent. En attendant de trouver l’amour. En attendant de graduer. En attendant de faire des bébés. Impossible de savoir combien de précieux instants tu gaspilles pendant que tu attends; parce que la vérité, c’est que si tu attends constamment la situation idéale, tu risques d’attendre longtemps.

T’en fais pas non plus, si tu as l’impression d’aller trop vite ou encore de traîner de la patte. On se met beaucoup trop de pression à se comparer aux autres : qui achètera une maison en premier? Qui va se fiancer avant les autres? Qui va obtenir une promotion?

La vie, ce n’est pas une compétition. Tu n’es pas en retard ni en avance. Tu es exactement là où tu dois être et ton rythme de vie, quel qu’il soit, est exactement parfait. Le temps, c’est juste une construction abstraite pour te faire sentir tout croche; donne-toi le droit de l’oublier parfois.

Laisse-toi oublier qu’il est minuit et que tu ris depuis des heures avec tes ami.es dehors autour d’un feu, alors que tu voulais rentrer à 22h parce que tu travailles le lendemain matin. C’est pas grave, tes cernes vaudront les moments en bonne compagnie. Si c’est dimanche pis qu’il fait gris, tu peux bien te permettre d’abandonner ton horaire serré pour paresser un peu plus longtemps, collé avec ta moitié dans ton lit. Inquiète-toi pas, y’a pas de police du temps qui va débarquer pour te donner une amende parce que tu as pas commencé ton ménage à l’heure que tu t’étais dit.

Au lieu d’attendre la suite, j’espère que tu vas profiter un peu plus du précieux temps qui t’est donné chaque jour. Promis, la vie est douce et elle n’est pas si pressée que ça quand on apprend à bien l’accueillir au quotidien.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de