Menu

Quand t’as hâte de le retrouver

Je m’en ennuie déjà pis ça fait juste une heure que je suis partie de chez nous. Je le sais déjà que la journée va être longue. T’sais, le genre de mercredi qui te tente vraiment pas, où t’as déjà deux jours de travail dans le corps et que vendredi semble encore ben loin. Au moins j’aime ce que je fais, ça fait que je me console un peu pour pas trop penser à ce qui m’attend chez nous.

J’aime comment il me réconforte après une longue journée de travail. Le stress tombe instantanément. Je fais juste penser aux sensations qu’il me procure, à l’effet que ça fait sur ma peau pis j’en frissonne. Je peux pas croire que je suis pognée au travail pour encore sept heures.

Il m’a jamais abandonné. Avec nos horaires, il est toujours à l’appart quand j’arrive. Il sait que j’ai des journées de fou ces temps-ci, alors il s’arrange pour être prêt dès que j’arrive, même quand j’ai à faire l’épicerie. Comme aujourd’hui. J’ai quasiment envie de laisser faire la bouffe pour arriver plus tôt auprès de lui… Y me reste juste six heures et je suis enfin libre.

Quand je me lève pour la pause dîner, je regrette d’avoir mis ces pantalons-là. Sont serrés pis j’ai juste envie de détacher le bouton, mais c’est pas trop professionnel mettons. Au moins, je suis à la moitié de ma journée et le reste va passer plus vite. J’espère.

J’ai tellement envie de le sentir tout doux, tout chaud sur ma peau. J’en peux pu. On va aller dans la cuisine, dans la salle à manger, dans le salon pis on va finir ça dans la chambre… Juste trente minutes, l’épicerie pis j’arrive.

Quand j’arrive enfin chez nous, j’abandonne mes souliers pis l’épicerie au milieu de l’entrée pis je cours presque jusqu’à la chambre. Il est là, sur le lit, tout beau. J’enlève mon chandail, garoche ma brassière, laisse mes pantalons et ma culotte tomber à mes pieds. Pis je l’enfile, enfin, mon pyjama trop bien mérité.

Source : Pexels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de